nouvelle cosmologie de mario cosentino

Bienvenue sur mon blog

 

Encore de bonnes nouvelles du Cosmos qui confortent le « NBBF »?(Première partie) 4 juillet, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 14:32

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 10:11 Modifier
Mario Cosentino le 04 Juillet 2015

ENCORE DE BONNES NOUVELLES DU COSMOS QUI CONFORTENT LES PREVISIONS DU « NBBF » (PREMIERE PARTIE)

Bonjour,

Les bonnes nouvelles vont plus vite que prévu et elles semblent bonnes car elles confortent de plus en plus les prévisions du modèle d’Univers du « New Big-Bang Fractal » (« NBBF ») …

Par contre ces nouvelles ne semblent pas du tout aller dans le sens des prévisions des « modèles théoriques actuels »…

—>PREMIERE BONNE NOUVELLE POUR LE « NBBF »: « UN SURPLUS D’AMAS DE GALAXIES DANS L’UNIVERS JEUNE »

Pour cette « première nouvelle » voir la référence que voici :
« Galaxies (03/07/2015)
Le télescope Subaru a commencé un gros survey – les premiers résultats semblent indiquer un SURPLUS D’AMAS DE GALAXIES dans l’univers jeune comparé aux prédictions… » —C’est moi qui souligne.

http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/index_f.php#N2015070302

http://subarutelescope.org/Pressrelease/2015/07/01/index.html

Pour aller à l’essentiel en ce qui concerne l’histoire de notre Univers 2 scénarios sont étudiés :

PREMIER SCENARIO :
Avec ce scénario l’Univers commence avec une expansion LENTE. Cette faible vitesse de dilatation de l’espace entraine comme conséquence une formation plus « RAPIDE » des galaxies ou amas de galaxies ou autres objets célestes…

DEUXIEME SCENARIO :
cette fois-ci, avec ce scénario, l’Univers commence avec une expansion RAPIDE. Cette vitesse d’expansion RAPIDE entraine comme conséquence une formation plus LENTE des galaxies ou amas de galaxies ou autres objets célestes…

Or, le télescope SUBARU semble privilégié le PREMIER SCENARIO…

Mais, dirons peut-être certains, où est le véritable problème ?

Le véritable problème serait que le nombre d’amas de galaxies observé dépasserait les prévisions des modèles actuels concernant le « début de l’histoire de l’univers »…

Le PREMIER SCENARIO pose donc un énorme défi aux théories modernes sur le « début de l’histoire de l’Univers »…

En effet, comment nous faudrait-il expliquer « une telle PROFUSION d’amas de galaxies » dans des tranches d’Univers relativement jeunes?…

Pour relevé ce défi que propose le modèle cosmologique du « NBBF » ?
L’hypothèse la plus simple proposée par le « NBBF » nous dit que notre Univers n’est plus en expansion ET qu’il est bien plus âgé que 13,8 milliards d’années…

Aujourd’hui cela fait au moins 180 milliards d’années que notre Univers a STOPPE son expansion. A ce jour notre Cosmos se trouve dans une nouvelle phase où il est GLOBALEMENT STATIQUE !

Cette prévision semble plausible car de plus en plus d’observations nous montrent des galaxies lointaines qui ressemblent aux galaxies proches donc il semble que notre Univers ne serait plus en évolution…ou autrement dit ne serait plus en expansion…

N.B. : l’hypothèse que notre Univers aurait au moins 180 milliards d’années semble, à elle seule, résoudre la majorité des problèmes qui minent le modèle cosmologique standard expansionniste…

Selon le principe de raisonnement du « rasoir d’Occam » (ou « rasoir d’Ockham ») lorsqu’un modèle par une seule hypothèse SIMPLE semble résoudre un ensemble de problèmes alors cette hypothèse mérite notre considération car elle semble RAISONNABLE, VRAISEMBLABLE…

Or, le modèle du « NBBF » nous propose une telle hypothèse SIMPLE. En plus, qu’aujourd’hui, elle semble étayé, soutenue, par de plus en plus d’observations…

Passons maintenant à la DEUXIEME BONNE NOUVELLE POUR LE « NBBF »…

—>DEUXIEME BONNE NOUVELLE POUR LE « NBBF » : «DES OBSERVATIONS DE L’UNIVERS QUI SEMBLENT DEFIER, MINER LE « PRINCIPE COSMOLOGIQUE »

Il s’agit d’une structure GEANTE en forme d’anneau (voir la DEUXIEME PARTIE qui sera publiée dans mon blog…)

En voici la référence :

A giant ring-like structure at 0.78<z<0.86 displayed by GRBs
Authors: L. G. Balazs, Z. Bagoly, J. E. Hakkila, I. Horvath, J. Kobori, I. Racz, L. V.Toth
(Submitted on 2 Jul 2015)

http://arxiv.org/abs/1507.00675

Qu'est ce que le « PRINCIPE COSMOLOGIQUE » ?

Le PRINCIPE COSMOLOGIQUE est une assertion fondamentale du modèle cosmologique standard expansionniste. Ce PRINCIPE repose sur les équations de la Relativité Générale (RG) . Il consiste à dire que tous les endroits de l’Univers possèdent la même « masse volumique ρ » et qu’il n’y a pas d’observateur occupant une position privilégié.
A part certaines irrégularités locales le PRINCIPE COSMOLOGIQUE postule que l'Univers est HOMOGENE ( « masse volumique ρ » la même partout ) et ISOTROPE ( le Cosmos ayant la même apparence dans n’importe quelle direction).
Or, les récentes observations semblent DEFIER, MINER ce PRINCIPE COSMOLOGIQUE car il semble que notre Univers ne serait pas HOMOGENE, UNIFORME, mais INHOMOGENE…
Mais, diront certains, où serait le véritable problème ?
Le véritable problème serait que si notre Cosmos aurait une distribution de matière INHOMOGENE le modèle cosmologique expansionniste serait privé des « outils indispensables » que sont les équations de la RG pour une application globale à l'Univers. Ainsi, les équations de la RG restent valables dans un Univers LOCAL mais pas pour décrire les propriétés GLOBALES de notre Cosmos car il ne serait plus HOMOGENE mais INHOMOGENE…
Nous comprenons que les équations de la RG restent valables que dans un Univers qui doit être HOMOGENE et non INHOMOGENE…
Or, aujourd’hui, devant les nouvelles observations de plus en plus pertinentes qui vont à l’encontre des prévisions du modèle standard expansionniste nous sommes en droit de penser que ce modèle d'Univers semble être de plus en plus voué à l'échec. D'autant plus que la RG (qui sert de fondement au modèle expansionniste) surestime la force de GRAVITATION tout en sous-estimant d'autres propriétés de notre Univers.
Voici quelques propriétés qui ne sont pas prisent en compte par le modèle d'Univers expansionniste basé sur la RG :

1—> le fait de ne pas tenir compte que notre Univers est globalement quantique. Or, nous savons fort bien que dans notre Univers, il existe des phénomènes qui relèvent de la mécanique quantique ( malgré ce constat notons que la constante de Planck « h » ne fait pas partie des équations de la RG)…

2—> que l’espace-temps pourrait être « discontinu » ou « granulaire ». Cette propriété pourrait faire courir le risque d’avoir un espace intergalactique remplie d’une sorte de « nouvel ETHER »…
Or, dans un article récent, Claude Cohen-Tannoudji (professeur honoraire au Collège de France, colauréat du prix Nobel de Physique le 10 décembre 1997) nous parle de l’ ETHER comme étant une des  questions théoriques ou problèmes ouverts —voir la référence :

Dark matter, Mach’s ether and the QCD vacuum
Authors: Gilles Cohen-Tannoudji
(Submitted on 2 Jul 2015)

http://arxiv.org/abs/1507.00460

L' existence d’un « ETHER » intergalactique pourrait se révéler catastrophique pour l’interprétation des décalages spectraux « z » qui sont interprétés, par le modèle cosmologique standard, comme une expansion de l’Univers.

Pourquoi la présence d’un « ETHER » pourrait donc se révéler catastrophique pour ce type d'interprétation expansionniste?

Pour la simple et bonne raison qu’il pourrait faire perdre de l’énergie Δhv aux photons traversant les espaces intergalactique. C’est ce que l’on appelle la théorie de la « FATIGUE DE LA LUMIERE », théorie initiée par Albert Einstein…

Donc, la présence d’un « ETHER » pourrait rendre complètement fausse la croyance dominante qui dit que l'Univers est en expansion, voir même en expansion accélérée…

L’existence de l’ »ETHER » pourrait donc rendre notre Univers GLOBALEMENT STATIQUE conforme aux prédictions des équations du « NBBF »…

3—> le fait de ne pas tenir compte des puissants champs électromagnétiques observés sur de très grandes échelles cosmologiques…voir peut-être même à l'échelle de tout l'Univers…

PETITE CONCLUSION

Comme prévu les nouvelles observations semblent nous montrer (ENCORE UNE FOIS DE PLUS) que le modèle cosmologique standard dominant expansionniste s’approche dangereusement du Big-Bang. Ce modèle semble se trouver en très mauvaise posture car il est de plus en plus fragilisé par des observations de plus en plus pertinentes. De ce fait, le modèle d’Univers ΛCDM semble courir le risque de se faire (dans un proche avenir) « griller » les « ailes » ( comme dans l’épopée d’« Icare » qui s’est brulé les ailes en s’approchant de plus en plus du « Soleil »)…

Affaire à suivre…

A très bientôt… pour d’autres observations pertinentes…

N.B. : dans un prochain article il sera question d’une DEUXIEME PARTIE QUI A POUR TITRE :

« UN UNIVERS INHOMOGENE QUI DEPASSERAIT L’ECHELLE DE TRANSITION DE 370 Mpc (DEUXIEME PARTIE) »

ATTENTION : prochainement une information à l’échelle nationale, concernant mon tome 2, sera faite courant ce mois de Juillet 2015. Pour celui qui désire avoir cet exemplaire dans sa bibliothèque il reste quelques exemplaires à la « maison de l’Astronomie »

33-35, rue de Rivoli, 75004 Paris
Tél. : 01 42 77 99 55
Prix unitaire : 18,50 €

http://www.maison-astronomie.com/astrophysique-cosmologie/2667-le-new-big-bang.html

Je rappelle que ce tome 2 est EPUISE chez l’ Editeur et les exemplaires qui restent à disposition diminuent de plus en plus…

Le New Big Bang
Référence 13711

Nouveau
Notre Univers est-il encore en expansion ? Peut-on résoudre l’énigme de « la matière noire de l’Univers » ? Apporter une nouvelle explication au phénomène de « la fatigue de la lumière » ?
Voici quelques-unes des questions auxquelles le « new big-bang » apporte des réponses inédites.

Autre possibilité pour se procurer mon tome 2 chez l’auteur à l’adresse suivante :

mario.cosentino@hotmail.fr

« PAS DE MORT THERMIQUE POUR NOTRE UNIVERS »

 

 

XMASS:DES DONNEES SUR LA « MATIERE NOIRE » QUI CONFORTENT LA VALEUR PREVUE PAR LE « NBBF »

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 0:12

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 7:41 Modifier
Mario Cosentino le 01 Juillet 2015

Bonjour,

XMASS : DES DONNEES SUR LA MASSE DE LA MATIERE NOIRE QUI CONFORTENT LA VALEUR PREVUE PAR LE « NBBF »

Voici les derniers résultats de XMASS pour des masses de la « matière noire » Xm < 20 GeV.

D'autres données donnent une masse < 10 GeV (voir l'article en référence).

Tous ces résultats, mêmes s'ils sont que provisoires, sont très encouragent car la masse prévue par les équations du "NBBF" est de 3,7 GeV (voir dans mon tome 2 (2001) ainsi que dans ce blog)…
Voici les références :

http://[PDF] arXiv:1506.08939v1 [physics.ins-det] 30 Jun 2015 xxx.tau.ac.il/pdf/1506.08939 ‎ * En cache 2 hours ago … arXiv:1506.08939v1 [physics.ins-det] 30 Jun 2015. Toyama International Workshop on Higgs as a Probe of New Physics 2015, 11–15, …
XMASS: Recent results and status
Authors: Katsuki Hiraide, for the XMASS Collaboration
(Submitted on 30 Jun 2015)

http://xxx.tau.ac.il/abs/1506.08939

En plus les dernières autres données proposent que la matière noire possède la propriété d'être SUPERFLUIDE.

N.B.: cette propriété est également prévue par les équations du « NBBF »…
Sur une « matière noire » SUPERFLUIDE voir la référence suivante (d'autres chercheurs vont dans le sens d'une matière noire SUPERFLUIDE):

Dark Matter Superfluidity and Galactic Dynamics
Authors: Lasha Berezhiani, Justin Khoury
(Submitted on 25 Jun 2015)

http://arxiv.org/abs/1506.07877

QU'EST-CE QUE LA « MATIERE NOIRE » SELON LE « NBBF » ?

Quel est l'un des rares candidat qui possède à la fois une masse inférieure à 20 ou 10 Gev et qui possède la propriété d'être SUPERFLUIDE ?

Les équations du « NBBF » nous indiquent que la « matière noire » c'est de l' « HELIUM SUPERFLUIDE » à une température de 2,17 K…
L' « HELIUM SUPERFLUIDE » est donc un candidat potentiel à la « matière sombre » à ne pas perdre de « vue »… malgré qu'elle est « invisible »…

PETITE CONCLUSION

Toutes les données actuelles (mêmes si elles sont provisoires) vont, à ce jour, dans le sens des prévisions du modèle cosmologique du « NBBF »…
Donc, j'encourage les spécialistes (Physiciens ou Astrophysiciens) à considérer le modèle d'Univers qu'est le « NBBF » car l'énigme tenace qu'est la « matière noire » est très fondamentale en physique et surtout en cosmologie…

A bientôt…car d'autres surprises vous attendent…

DERNIERE NOUVELLE : dans un article récent de Claude Cohen-Tannoudji, professeur honoraire au Collège de France ( colauréat du prix Nobel de physique le 10 décembre 1997), la « matière noire » pourrait-être « modélisée » par « un condensat de Bose-Einstein » — voir la référence :
Dark matter, Mach's ether and the QCD vacuum
Authors: Gilles Cohen-Tannoudji
(Submitted on 2 Jul 2015)

http://arxiv.org/abs/1507.00460

En ce qui concerne la SUPERFLUIDITE et le « condensat de Bose-Einstein » voir les articles déjà publiés dans mon blog…

 

 

UN « AGE SOMBRE » AVEC DES ETOILES QUI DERANGENT… 30 mai, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 6:57

Mario Cosentino le jeudi 28 Mai 2015

UN « AGE SOMBRE » AVEC DES ETOILES QUI DERANGENT

Bonjour,

Voici encore une référence qui montre que plus les observations astronomiques s’approchent du Big-Bang plus cette approche se révélera être (selon les prévisions du « NBBF ») très dangereuse pour la viabilité, la crédibilité, du modèle le plus dominant qu’est la cosmologie standard.

Cette approche dangereuse nous rappelle l’épopée d’ « Icare » qui, en s’approchant de plus en plus près du Soleil, s’était brûlé les « ailes »…

Aujourd’hui il n’est pas très difficile, pour ceux qui suivent de près l’actualité « cosmologique », de constater que le modèle standard cosmologique « bat de l’aile »…
Ce modèle a trop d’inconnus et surtout depuis 1995 il cumule problèmes sur problèmes au point que cet imposant édifice présente, aujourd’hui, des ANOMALIES de plus en plus graves. A ce sujet je rappelle, à titre d’exemple, parmi tant d’autres références le numéro 1171 de la revue de SCIENCE & VIE avril 2015 ayant pour titre :

« ANOMALIES DANS L’UNIVERS ».

Revenons à notre référence mentionnée en début de cet article.
Que dit-elle exactement au sujet d’ un nouveau problème (ou « ANOMALIE » ) suite à de nouvelles observations d’étoiles très proche du Big-Bang ?
En quelques mots, afin d’aller à l’essentiel, ces observations astrophysiques nécessitent « DE DEVELOPPER DE NOUVEAUX MODELES THEORIQUES ».

Pour plus d’informations lisons ce commentaire :

« Nouvelle lumière sur l’âge sombre de l’Univers et la formation des premières étoiles

Mardi, 26 mai 2015
Une équipe internationale menée par un chercheur du CNRS au laboratoire Galaxies, étoiles, physique, instrumentation (GEPI – CNRS/Observatoire de Paris/Université Paris Diderot), a découvert trois étoiles qui apportent un nouveau regard sur l’époque des premières étoiles appelée âge sombre. L’étude, publiée dans la revue Astronomy and Astrophysics du 26 mai 2015, s’appuie sur la découverte de trois étoiles anciennes de compositions et de tailles singulières qui montrent LA NECESSITE DE DEVELOPPER DE NOUVEAUX MODELES THEORIQUES de la formation de ces étoiles des premiers temps. »—C’est moi qui souligne.

http://www.insu.cnrs.fr/node/5323

Encore une fois posons-nous la question suivante :

POUR QUELLE RAISON AVONS-NOUS BESOIN DE « DEVELOPPER DE NOUVEAUX MODELES THEORIQUES ?

Bien qu’il s’agisse ici de « nouveaux modèles théoriques » concernant la formation d’étoiles « des premiers temps » à la base il s’agit d’un problème de fond qui se trouve liée au modèle standard cosmologique.
Voyons cela de plus près…

SITUONS LE PROBLEME

Selon le modèle standard de la cosmologie dominante l’âge attribué à l’Univers est de 13,8 milliards d’années. Or ces « trois étoiles nouvellement découvertes datent de l’ « AGE SOMBRE » (il y a 13 milliards d’années) » —C’est moi qui souligne.

Mais où est donc le problème ?
Le problème vient du fait de l’ ETUDE DES ELEMENTS SE TROUVANT AU SEIN DE CES ETOILES—Pour plus de précisions voir l’article cité en référence.

Là où maintenant les choses semblent se compliquer, se gâter, d’avantage c’est que dans l’atmosphère de ces « étoiles du bout du monde » (situées dans une tranche d’Univers appelé « AGE SOMBRE » )
« AUCUNE TRACE DE LITHIUM N’A ETE OBSERVEE ».

Or le même groupe, dans le cadre d’une autre étude , a découvert une étoile sous le matricule SDSS J102915+172927 (que nous appellerons « SDSS ») . Pour plus d’informations concernant « SDSS » voir la référence :

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/09/une-%C3%A9toile-vieille-de-pr%C3%A8s-de-13-milliards-dann%C3%A9es-autrement-dit-t%C3%A9moins-des-premi%C3%A8res-formations-stellaires-de-luni.html

Cette étoile ainsi que les « étoiles des premiers temps » ont 2 points en commun :

1—> le LITHIUM est un élément curieusement ABSENT…

2—> ces ETOILES SONT DITES « PRIMITIVES » car 3 sont dans une tranche d’âge correspondant à 800 millions d’années seulement après le Big-Bang alors que « SDSS » est située dans notre Galaxie ou Voie Lactée. Par contre si cette dernière est appelé également « PRIMITIVE » c’est dans le sens qu’elle est âgée de près de 13 MILLIARDS D’ANNEES.

Cet âge de 13 milliards d’années n’est pas un record. Pour cela je vous invite à lire l’article suivant dont voici un extrait ainsi que la référence :

« La plus vieille étoile jamais observée : 13,6 milliards d’années !
Une équipe de chercheurs australiens a débusqué à seulement 6.000 années-lumière de nous une étoile âgée de 13,6 milliards d’années. Il s’agit de l’étoile de « Mathusalem » la plus vieille jamais observée. Elle est pauvre en fer et ses caractéristiques racontent les conditions physiques qui régnaient lorsque l’univers n’avait qu’environ 200 millions d’années. »

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-plus-vieille-etoile-jamais-observee-136-milliards-annees-52213/

Arrivé à ce stade de notre examen où serait le problème pour le modèle standard cosmologique ?

Pour cela revenons à l’absence du LITHIUM correspondant au point commun 1 entre toutes ces étoiles (3 lointaines et une proche) est faisons une hypothèse qui semble plausible…

Nous avons vu que pour l’étoile « SDSS »il y a une absence de LITHIUM. Nous avons également vu que cette étoile est âgée de quelques 13 milliards d’années.
Or, nous avons vu que tout comme « SDSS » nos « étoiles des premiers temps » elles aussi présentent une absence de LITHIUM.

Hypothèse : se pourrait-il que ce point commun concernant une absence de LITHIUM pourrait donner à ces « étoiles des premiers temps » le même âge que « SDSS » (c’est-à-dire 13 milliards d’années) alors quelles sont situées à seulement 0,800 milliards d’années APRES le Big-Bng ?

Maintenant voici comment ce problème semble se présenter: selon cette hypothèse si ces « étoiles des premiers temps » auraient un âge de 13 milliards d’années alors celles-ci seraient nées quelques 12,2 milliards d’années AVANT le Big-Bang…

CONSEQUENCE PLAUSIBLE : UN UNIVERS AGE DE QUELQUES 26 MILLIARDS D’ANNEES ?

Toujours selon cette hypothèse le nouvel âge de notre Univers ne serait pas de 13,8 milliards d’années, comme le dit le modèle standard cosmologique, mais de l’ordre de 26 milliards d’années correspondant à la somme de 12,2 + 13,8.

Il est intéressant de rappeler que la question de l’âge de notre Univers est une question qui semble encore ouverte—voir la référence :

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/019/19494.htm

où nous lisons le commentaire suivant du groupe de recherche:

« L’équipe a donc avancé les hypothèses que l’univers EST BIEN PLUS VIEUX QU’ON NE LE CROIT et que le temps de formation des galaxies est beaucoup plus bref. »—C’est moi qui souligne.

CONCLUSION

Cette nouvelle problématique liée à l’observation de ces « étoiles des premiers temps », et où il est question de la «NECESSITE DE DEVELOPPER DE NOUVEAUX MODELES THEORIQUES », vient s’ajouter à la très longue liste des problèmes ou anomalies qui existent déjà et qui restent sans explication convaincante dans le cadre du modèle standard cosmologique…
Nous pouvons ajouter qu’une très longue liste d’indices semble nous dire que ce modèle d’Univers semble être sur le point de s’écrouler…

Alors le modèle standard de la cosmologie, par rapport à un ensemble de nouvelles observations, nous semble-t-il de plus en plus solide ou serait-il UNE COPIE A REVOIR, A REVISITER ?…

POUR CELA, SI ON VEUT SORTIR DE TOUTES LES « ZONES SOMBRES » (« âge sombre », « matière sombre » et « énergie sombre ») DE LA COSMOLOGIE STANDARD UNE REVOLUTION COSMOLOGIQUE SEMBLE NECESSAIRE…sur ce point là je constate que maintenant nous sommes de plus en plus nombreux à croire que cette REVOLUTION est déjà en train de « couver », de « mijoter» avec beaucoup de réflexion car les « ZONES SOMBRES » qui tapissent le modèle standard cosmologique sont nombreuses. Cette réflexion aboutira-t-elle à opter pour « un autre modèle d’Univers alternatif » ?…

Le modèle cosmologique du « NBBF » pourrait-il se révélé être ce « modèle d’Univers alternatif » ?

Il est intéressant de savoir que le modèle d’Univers du « NBBF » c’est la synthèse de nombreux modèles cosmologiques actuels…

Respectueusement…

A bientôt…

N.B. : un des prochains articles traitera des propriétés de l’ «ESPACE-TEMPS» à travers les nombreuses équations du « NBBF ». Cet «ESPACE-TEMPS» serait-il :

—> FRACTAL ?

—> CONTINU OU DISCONTINU ?

—> AVEC « CONSTANTE COSMOLOGIQUE » OU SANS ?

—> ELASTIQUE (avec expansion) OU RIGIDE (sans expansion) ?

Pour ceux qui veulent suivre plus facilement cet article concernant l’ «ESPACE-TEMPS» il est recommandé d’avoir en sa possession le tome 2 car pour suivre mes argumentations il faut avoir « sous la main » un bon nombre d’équations. Vous comprenez qu’il n’est pas possible de justifier, dans un unique article, toute la cohérence d’un très grand nombre d’équations qui ont la particularité de n’avoir aucun paramètre libre. A la base nous trouvons les constantes fondamentales, bien connues, que sont :

G (Gravitation), c (Relativité Restreinte), h (Mécanique Quantique) et kB (Entropie, thermodynamique).

En ce qui concerne mon tome 2 je ne sais pas si ce livre est encore disponible à LA MAISON DE L’ASTRONOMIE
33-35 rue de Rivoli
75004 Paris
Tél. 01 42 77 99 55

Vous pouvez également écrire à l’auteur à l’adresse suivante :

mario.cosentino@hotmail.fr

Son prix à l’unité est de 14,90 € + 5 € de frais de port.

Étant donné que cet ouvrage est EPUISE chez l’Éditeur il est donc inutile de vouloir le commander par votre librairie.

 

 

LE « NBBF » ET LES FUTURES OBSERVATIONS ASTROPHYSIQUES… 15 mai, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 9:52

Mario Cosentino le Vendredi 15 Mai 2015

LE « NBBF » ET LES FUTURES OBSERVATIONS ASTROPHYSIQUES… 15 mai, 2015
Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 8:01 Modifier

Bonjour à toutes et à tous,

LE « NBBF » ET LES FUTURES OBSERVATIONS ASTROPHYSIQUES…

Certes, les observations astrophysiques futures vont améliorer considérablement la connaissance et la compréhension actuelle que nous avons de notre Univers !

Mais, selon les prévisions basées sur les équations du modèle cosmologique du « NBBF » cette « amélioration » aura un PRIX…
En effet, selon le « NBBF » cette « amélioration » devra nous conduire à constater (bien évidemment par les futures observations astrophysiques) AU MOINS 5 OBSERVATIONS FONDAMENTALES (qui appartiennent aux prévisions du « NBBF ») :

PREMIERE OBSERVATION

1—> que notre Univers est bien plus âgé que les quelques 13,8 milliards d’années (âge minimal du Cosmos de l’ordre de 180 milliards d’années — voir les articles publiés dans ce blog).
Il est très intéressant de faire remarquer que cette simple hypothèse d’un Univers qui serait bien plus âgé que 13,8 milliards d’années semble résoudre de très nombreux problèmes et paradoxes non résolus dans le cadre du modèle standard cosmologique expansionniste…

DEUXIEME OBSERVATION

2—> que notre Univers ne peut pas être en expansion. Selon les équations du « NBBF » l’ « espace-temps » a été en dilatation ou en « expansion quantifiée » pendant 18 milliards d’années. Après cette phase d’expansion, par « sauts quantifiés », l’Univers fut entré dans une seconde phase où son « espace-temps fut devenu GLOBALEMENT STATIQUE car il fut devenu entièrement FRACTAL. D’ailleurs c’est sa « géométrie fractale » qui a été la cause de l’ ARRET de son « expansion quantifiée ». Cette dernière hypothèse n’est pas gratuite car, son extrapolation à notre Univers, elle repose sur des expériences qui ont été faites à l’ École Polytechnique (France).
Précisons qu’un Univers ayant un « espace-temps globalement statique » n’interdit pas du tout que les galaxies conservent leur mouvement propre.

TROISIEME OBSERVATION

3—> que notre Cosmos « quantique » ET ayant une géométrie « fractale » possède un AXE DE ROTATION. Donc notre Univers il tourne. Cette rotation de l’Univers, quoique très faible, est INDISPENSABLE pour maintenir en équilibre un « espace-temps » GLOBALEMENT STATIQUE pour l’éternité…

Donc l’allusion au «DANGER», faite dans mon dernier article, concerne le «DANGER» que constitue les observations d’objets célestes de plus en plus proches du Big-Bang. Ces astres de plus en plus lointains constituent, selon les prévisions du « NBBF », une « DANGEREUSE MENACE » qui plane au-dessus du modèle d’Univers dominant expansionniste. Or, il semble de plus en plus évident que ce modèle cosmologique (où on fait l’hypothèse que l’Univers est en expansion) s’approche très dangereusement du Big-Bang…

Cette approche est potentiellement très dangereuse » car elle concerne l’observation d’objets célestes qui, selon les prévisions du « NBBF », se situeront trop près du Big-Bang. Avec ce type d’observations notre « DANGER » potentiel majeur sera toujour le même:

« DANGER »: plus les astres observés seront de plus en plus proches du Big-Bang plus le « crédit du temps » se fera, lui aussi, de plus en plus court jusqu’au point il ne sera plus possible « matériellement » de mettre en place de tels astres . Nous comprenons que sans un « crédit du temps » d’une durée raisonnable le Cosmos ne pourra pas achever la construction d’une magnifique galaxie bien « mature » ou d’un amas de galaxies du « bout du monde »…

N.B.: afin d’aller dans le sens de cette « approche » potentiellement « dangereuse » d’observation d’astres du « bout du monde » voir prochainement, dans mon blog, le nouvel article concernant la découverte d’un:

« Quasar quadruple (15/05/2015)
Découverte du premier quadruplet de quasars. Le groupe se trouve dans l’Univers jeune, dans un énorme nuage d’hydrogène, et témoigne probablement de la formation d’un amas de galaxies. »

https://www.sciencenews.org/article/first-quasar-quartet-discovered?tgt=nr

Ce « quasar quadruple à un « z » d’une valeur d’environ de 2. Avec une telle valeur de « z » cet ensemble de quasars se place dans le temps à quelques 3 milliards d’années après le Big-Bang. La question est donc celle-ci:

QUESTION:avec un « crédit du temps » de 3 milliards d’années notre Cosmos a-t-il le temps de mettre en place ce « quasar quadruple » situé dans une nébuleuse géante…Or, il faut du temps pour mettre en place une nébuleuse géante avec en plus un « quasar quadruple »…quasars qui pourraient, à leur tour, peut-être avoir chacun un « trou noir »…

Maintenant cette observation entraîne un « DANGER » potentiel.
Lequel?
Là où il y a un « DANGER » potentiel ou un « PROBLEME »(pour le modèle standard cosmologiques) c’est que ce « quasar quadruple » est en CONFLIT AVEC DES SIMULATIONS COSMOLOGIQUES …

(…) « which is in conflict with current cosmological simulations. » [1]

QUATRIEME OBSERVATION

4—> que la « masse sombre » est de l’ »hélium superfluide » à très basse température (à 2,18K). Danc la masse de chaque « particule » de « matière sombre » (« MS ») est de « MS » = 3,7 GeV. A ce jour cette valeur théorique est plausible car elle est souvent comprise (tant au niveau des autres théories qu’au niveau expérimental) dans une « fourchette » qui va de 1 à 5 GeV…

CINQUIEME OBSERVATION

5—> que la température de notre Univers à 2,725 K est une propriété INTRINSEQUE (qui appartient à notre Univers) du vide quantique intergalactique. Selon les équations du « NBBF » cette température, indépendante du temps, appartient (pour l’éternité) à la nature propre de l’Univers. La valeur de cette température peut se traduire par la relation suivante:

2,725K = CONSTANTE DANS LE TEMPS.

Par voie de conséquence, selon cette hypothèse, pour notre Cosmos la devise est bien la suivante:

« PAS DE MORT THERMIQUE POUR NOTRE UNIVERS »…

Respectueusement

N.B.:merci de bien suivre, dans ce blog, les dernières observations et découvertes astrophysiques qui consolident les prévisions du « NBBF ». Depuis peu il semble que ce type d’observations et de découvertes vont de plus en vite…

[1] Quasar quartet embedded in giant nebula reveals rare massive structure in distant universe

http://www.sciencemag.org/content/348/6236/779

 

 

EGS-zs8-1 une galaxie du « bout du monde »:ATTENTION?, DANGER?… 7 mai, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 8:59

Mario Cosentino, le 11 Mai 2015

EGS-zs8-1 UNE GALAXIE DU « BOUT DU MONDE »: ATTENTION?, DANGER?… 7 mai, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 8:59 Modifier
Mario Cosentino le 07 Mai 2015

EGS-zs8-1 : POUR LA COSMOLOGIE STANDARD EXPANSIONNISTE…ATTENTION?, DANGER ? …

ATTENTION?, DANGER ? …POUR QUELLE RAISON ?

L’observation de la galaxie EGS-zs8-1 est (selon le modèle cosmologique du « New Big-Bang Fractal » (« NBBF ») très dangereuse pour le modèle standard cosmologique expansionniste…

Pour quelle raison ?

Pour la raison toute simple que (toujours selon les prévisions du « NBBF ») nous allons, dans un avenir très proche, observer d’autres galaxies ENCORE PLUS PRES DU BIG-BANG au point qu’il ne restera plus à l’Univers le CREDIT DU TEMPS MINIMUM pour mettre en place ces galaxies du « bout du monde »… — pour ce type de prévisions problématiques (pour le modèle standard cosmologique expansionniste) voir mon tome 2 ainsi que les nombreux articles déjà publiés dans ce blog.

Pour bien situer le DANGER qui semble menacer le modèle standard cosmologique prenons des exemples…

Avec la galaxie EGS-zs8-1 , ayant un décalage spectral z = 7,730 , nous observons une tranche d’Univers qui se trouve à 670 millions d’années après le Big-Bang. Traduit autrement cela veut dire que notre Univers, pour construire cette galaxie, a mis 670 millions d’années.
Or, selon les prévisions du « NBBF » nous allons observer d’autres galaxies qui se trouveront ENCORE plus proches…encore plus près du Big-Bang. Ces galaxies « PRECOCES » auront des décalages spectraux « z » de 10, 20, 50 et d’avantage ce qui se traduira par des tranches d’Univers où ce type de galaxies du « bout du monde » on les verra soit pratiquement « COLLEES » au Big-Bang, soit même CONTEMPORAINES ou même (et cela n’est pas du tout exclu) elles se situeront, vu leur âge, « AVANT » le Big-BANG…

Par exemple que dirons-nous de ces galaxies du « bout du monde » qui se trouveront à 50, 10 voir même à seulement 1 million d’années après le Big-Bang et qui, en plus, elles seront MASSIVES et bien MATURES ( ce qui voudra dire ces galaxies auront beaucoup de métaux lourds »)???…

Ces galaxies peuvent-elles se mettre en place dans un Univers qui aura un CREDIT DU TEMPS d’une durée de 500 millions d’années, ou 100 millions d’années voir même 1 million d’années seulement après le Big-Bang???…

Nous comprenons que le DANGER consistera à trouver des galaxies avec des « z » qui auront des valeurs de plus en plus grandes. Ainsi, avec de telles valeurs la durée qui séparera le Big-Bang de ces galaxies du « bout du monde » ne sera que de plus en plus courte, que de plus en plus brève. Donc, nous comprenons que le véritable DANGER sera de constater que l’Univers va manquer de plus en plus de temps pour bâtir de telles galaxies de plus lointaines dans le TEMPS et dans l’ ESPACE…

Arriver à ce stade de notre explications comment pouvons-nous résumer ce DANGER qui semble planer à l’horizon et qui semble menacer très sérieusement le modèle standard expansionniste ?
Que nous disent finalement les prévisions du « NBBF » concernant ce DANGER qui, justement, nous rapproche DANGEREUSEMENT du Big-Bang ?
Ces prévisions nous disent que ce DANGER nous pouvons, maintenant, le résumer ainsi :

N.B. : nous allons, dans un proche avenir [voir note], observer des « z » qui auront des valeurs de plus en plus grandes . Ces observations se traduiront par le constat que notre Univers n’aura plus le CREDIT DU TEMPS pour finir ce type de galaxies du « bout du monde » et qui pourtant seront bien là bien MASSIVES ET bien MATURES !…

Ces observations étranges seront, pour le modèle standard cosmologique expansionniste, de véritables situations paradoxales MAIS pas pour le modèle cosmologique du « NBBF » car ces « observations étranges » font parties des prévisions du « NBBF » !
Pour le « NBBF » de telles « observations étranges » se traduiront par 2 constats fondamentaux :

1—> que notre Univers est bien plus âgé que de seulement 13,8 milliards d’années ET
2—>que notre Univers n’est PLUS, depuis longtemps, en EXPANSION mais se trouve être dans la phase dite GLOBALEMENT STATIQUE…

Donc, avec des valeurs de « z » de plus en plus grandes notre Univers n’aura plus le CREDIT DU TEMPS, ne trouvera plus le TEMPS MINIMAL qu’il a besoin pour construire de telles galaxies du « bout du monde »… et qui pourtant seront bien là, majestueuses, dans toute leurs grandeurs…semblables aux galaxies de notre Univers local…

N’oublions pas que, selon le « NBBF », cette situation paradoxale sera liée aux INSUFFISANCES présentes et celles de « demain » du modèle standard cosmologique expansionniste…

Aujourd’hui le cumul des indices très forts, basés sur de nombreuses observations, semblent nous dire qu’avec la galaxie EGS-zs8-1 le modèle standard cosmologique serait dorénavant entré dans son ERE qui semble être la plus DANGEREUSE de son histoire…

Son avenir proche serait-il aussi « sombre » que la « matière sombre » et l’ « énergie sombre » ?…

Déjà mes travaux de recherche en 1993 (voir mon tome1), puis en 2001 (voir mon tome2 [1] ) ont attiré notre attention sur ce contexte « sombre » de la cosmologie dominante expansionniste.

Puis en 2003 James Peebles, Professeur émérite à l’Université de Princeton (New-Jersey, Etats-Unis) , nous fait le commentaire suivant :

«La cosmologie AVANCE dans le NOIR » [2]—C’est moi qui souligne.

Le Professeur J. Peebles « est l’un des cosmologistes théoriciens les plus productifs. (…) De 1981 à 2002, il a reçu six grands prix scientifiques aux Etats-Unis, ainsi que le prix Lemaître en Europe .» [2]

EGS-zs8-1 UNE GALAXIE DU « BOUT DU MONDE »

Au sujet de cette nouvelle observation concernant la galaxie EGS-zs8-1 voir les références suivantes :

« A Spectroscopic Redshift Measurement for a Luminous Lyman Break Galaxy at z = 7.730 Using Keck/MOSFIRE
P. A. Oesch1,2, P. G. van Dokkum2, G. D. Illingworth3, R. J. Bouwens4, I. Momcheva2, B. Holden3, G. W. Roberts-Borsani4,5, R. Smit6, M. Franx4, I. Labbé4, V. González7, and D. Magee3
Show affiliations
pascal.oesch@yale.edu
1 Yale Center for Astronomy and Astrophysics, Physics Department, New Haven, CT 06520, USA
2 Department of Astronomy, Yale University, New Haven, CT 06520, USA
3 UCO/Lick Observatory, University of California, Santa Cruz, CA 95064, USA
4 Leiden Observatory, Leiden University, NL-2300 RA Leiden, The Netherlands
5 Department of Physics and Astronomy, University College London, Gower Street, London WC1E 6BT, UK
6 Centre for Extragalactic Astronomy, Department of Physics, Durham University, South Road, Durham DH1 3LE, UK
7 University of California, Riverside, 900 University Ave., Riverside, CA 92507, USA
P. A. Oesch et al. 2015 ApJ 804 L30. doi:10.1088/2041-8205/804/2/L30
Received 18 février 2015, accepted for publication 9 avril 2015. Published 5 mai 2015.
© 2015. The American Astronomical Society. All rights reserved. »

https://iopscience.iop.org/2041-8205/804/2/L30/article

et

« EGS-zs8-1 (06/05/2015)
La galaxie EGS-zs8-1, découverte dans le cadre du projet Candels, est la plus lointaine mesurée à ce jour. Malgré son jeune âge elle est DEJA BIEN DEVELOPPEE et crée de nouvelles étoiles à un taux 80 fois supérieur à celui de notre galaxie. »—C’est moi qui souligne.

http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/index_f.php#N2015050601

http://news.yale.edu/2015/05/05/astronomers-unveil-farthest-galaxy

Notons que, selon ce dernier commentaire, la galaxie EGS-zs8-1 est non seulement très lointaine (presque contemporaine au Big-Bang) mais en plus elle est « DEJA BIEN DEVELOPPEE » (ce qui semble être un signe de « maturité » ou « DEJA » un signe de « vieillesse » ?…
Problématique plausible : dans l’hypothèse où EGS-zs8-1 serait « vieille» il y aurait une forte probabilité que cette galaxie serait née AVANT le Big-Bang…

CONCLUSION

EGS-zs8-1 est-ce une observation UNIQUE ?
La réponse est NON !
EGS-zs8-1 n’est pas l’UNIQUE galaxie du « bout du monde » !
Nous avons aussi:

—> la galaxie z8_GND_5296 ,
—> la problématique de la galaxie A1689-zD1 (pour plus d’informations voir dans ce blog l’article en date du 3 mars 2015)
—> et bien bien d’autres galaxies
—> ainsi que la problématique des amas de galaxies (eux aussi!) de plus en plus proches du Big-Bang —(à ce sujet voir également les articles publiés dans ce blog).

Mais où allons-nous dirons certains ?…ou plutôt où va le modèle standard de la cosmologie expansionniste ΛCDM ?…

Toutes ces observations constituent des indices très forts qui semblent nous indiquer que le modèle standard cosmologique dominant expansionniste semble se diriger vers une période qui devrait devenir pour lui encore de plus en plus sombre. Le cumul de tous les nombreux indices très forts ainsi que les prévisions du « NBF » semblent nous dire aussi que cette période sombre ne pourrait se terminer, ce conclure, que par la signature définitive de la ruine du modèle cosmologique ΛCDM…

Mais, bonne nouvelle, selon les prévisions du « NBBF » cette ruine sera suivie de la naissance d’un NOUVEAU PARADIGME (que j’attends depuis presque 25 ans!) grâce à une « REVOLUTION…—pour plus d’informations concernant cette « REVOLUTION »lire l’article publié dans ce blog en date du 2 avril 2015.
Rappelons que tous ces indices très forts sont défavorables à la croyance en un Univers en EXPANSION…

Rappelons également que pour le modèle cosmologique que constitue le « NBBF » notre Univers n’ EST PLUS EN EXPANSION car les équations prévoient que cette DILATATION de l’espace ne dure que 18 milliards d’années. A la fin de cette période de 18 milliards d’années notre Cosmos doit STOPPER cette EXPANSION et entrer dans une nouvelle phase où il deviendra GLOBALEMENT STATIQUE pour l’éternité…

Selon tous les indices très forts qui sont à notre disposition il semble que l’Univers serait déjà entré, depuis très longtemps, dans cette phase où il serait devenu GLOBALEMENT STATIQUE — pour les démonstrations concernant cette durée de 18 milliards d’années d’ EXPANSION de notre Cosmos voir mon tome 2.
Grâce à toutes ces nouvelles observations le contexte cosmologique devient de plus en plus intéressant pour les prévisions du « NBBF ». Ce contexte astrophysique en confortant les prévisions du « NBBF » il semble,par voie de conséquence, nous indiquer que les prévisions du « NBBF » semblent se trouver sur la bonne voie…

A bientôt…

[Note]: en 2018 un successeur du télescope spatial Hubble devrait être lancé dans l’espace. Son nom est le JWST ( James Webb Space Telescope). Cela vaudrait-il dire qu’aucune galaxie du « bout du monde » avec un « z » qui défierait le modèle standard cosmologique expansionniste ne serait pas observée AVANT 2018 ?

Le « coup de théâtre » serait-il pour bientôt ?…

Malgré que la probabilité de telles observations paradoxales semble très forte seul l’avenir proche nous le dira…

Dans le site de « futura-sciences » nous lisons à la fin de leur article:

« On est tous impatients.»[3]

…le « NBBF » aussi…

REFERENCES

[1] N.B. : le tome 2 est disponible en NOMBRE LIMITE à la « maison de l’Astronomie » 33-35, rue de Rivoli, 75004 Paris Tél. : 01 42 77 99 55 —pour plus d’informations voir l’article dans ce blog en date du 15 janvier 2015
Vous pouvez aussi le commander chez l’Auteur à l’adresse suivante :

mario.cosentino@hotmail.fr

au prix unitaire de 14,90 € + 5 € de frais de port.

[2] ASTROPHYSIQUE L’ENTRETIEN
« Propos recueillis par Elisa Brune »
James Peebles :
« La cosmologie avance dans le noir », LA RECHERCHE N°363, Avril 2003, pp. 67 à 70.

[3] voir : La galaxie la plus lointaine : le record est – encore – tombé

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/galaxie-galaxie-plus-lointaine-record-encore-tombe-58175/

Voici la DEVISE des équations du modèle cosmologique du « New Big-Bang Fractal » :

« PAS DE MORT THERMIQUE POUR NOTRE UNIVERS » 

 

 

UN UNIVERS DE PLUS EN PLUS INHOMOGENE? 29 avril, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 4:46

Mario Cosentino

UN UNIVERS DE PLUS EN PLUS INHOMOGENE? 29 avril, 2015
Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 4:01 Modifier
Mario Cosentino le 29 Avril 2015

UN UNIVERS DE PLUS EN PLUS INHOMOGENE ?

Des astrophysiciens viennent de crée une carte en 3D de notre Univers local. Cette carte à une dimension de 2 MILLIARDS D’ANNEES-LUMIERE. Cette dimension nous rappelle l’article, dans ce blog en date du 24 Avril 2015, intitulé :

« COLD SPOT » : des conséquences sur le modèle cosmologique standard expansionniste » ?

Dans cet article il est question d’une « zone froide » qui fait « tâche » dans la distribution, soit disant HOMOGENE, des galaxies…

Avec cette nouvelle observation nous avons également un nouvel indice très fort qui vient, lui aussi, en renfort s’ajouter aux nombreux autres indices. Une vue d’ensemble de tous ces indices semblent nous montrer que notre Univers ne semble pas avoir la propriété d’être homogène. Dit autrement la distribution des galaxies ne serait pas « UNIFORME » dans l’espace et le temps…

Or, encore dit autrement, une distribution spatiale des galaxies qui serait NON UNIFORME cela se traduirait par un Univers qui serait tout simplement INHOMOGENE.

Comme nous l’avons souligné, à maintes reprises dans ce blog, cette observation semble jeter encore un énorme pavé dans la mare…mais au fait à force de jeter des pavés dans cette mare reste-t-il encore de l’eau?…

Maintenant voyons ce que nous disent les observations au sujet de cette carte en 3D grande de 2 MILLIARDS D’ANNEES-LUMIERE. Cette carte est mise en ligne dans la prestigieuse revue « Monthly Notices de la Royal Astronomical Society » :
Voici ce que nous lisons :

« Astrophysicists draw most comprehensive map of the universe
Monday, April 27, 2015
Astrophysicists have created a 3D map of the universe that spans nearly two billion light years and is the most complete picture of our cosmic neighbourhood to date. (…).
“The galaxy distribution isn’t uniform and has no pattern. It has peaks and valleys much like a mountain range. »

https://uwaterloo.ca/news/news/astrophysicists-draw-most-comprehensive-map-universe

Cette observation avec « des pics et des vallées » nous rappelle la grande structure qu’est « LANIAKEA » (voir mes 2 articles dans ce blog en date de fin décembre 2014).

UN UNIVERS QUI SERAIT INHOMOGENE SIGNERAIT NON PAS LA FIN DE NOTRE UNIVERS MAIS LA FIN DU MODELE COSMOLOGISTE STANDARD DOMINANT

Pour quelle raison un tel Univers, qui serait INHOMOGENE, signerait-il la fin du modèle cosmologique standard dominant?
La raison est toute simple:

pour étudier la géométrie globale de l’Univers, ainsi que sa dynamique (ou son expansion), les Astrophysiciens ont besoin des équations de la Relativité Générale (RG). Or, le modèle cosmologique standard dominant et expansionniste (modèle que nous appellerons maintenant « modèle ΛCDM ») repose sur la théorie de la RG ET d’un PRINCIPE qu’on appelle le « PRINCIPE COSMOLOGIQUE ». Ce PRINCIPE est un « PILIER » important car il soutient une assertion qui occupe le centre de la théorie du « modèle ΛCDM ». Ce PRINCIPE, mis à part certaines irrégularités locales, postule que notre Cosmos est homogène — c’est-à dire que la distribution de la matière est partout identique (une sorte de masse volumique UNIFORME dans le temps et dans l’espace).

LA RELATIVITE GENERALE PRISE EN DEFAUT ?

Selon Rachel Bean, une Astronome de l’Université Cornell, la « relativité générale d’einstein NE DECRIT PAS CORRECTEMENT LE COSMOS… » —C’est moi qui souligne.

Pour plus d’informations lire l’article intitulé :

« La relativité générale a-t-elle été prise en défaut ?
On tient peut-être la première preuve expérimentale que la théorie de la relativité générale d’Einstein ne décrit pas correctement le cosmos… Selon une astronome de l’Université Cornell, des observations à l’échelle de la formation des GRANDES STRUCTURES CONSTITUEES DE GALAXIE ne sont pas en accord avec elle. »—C’est moi qui souligne.

http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/actu/d/physique-relativite-generale-t-elle-ete-prise-defaut-20961/

NOTONS QUE CE COMMENTAIRE EST TRES ENCOURAGENT POUR LES PREVISIONS DU « NBBF »…

PETITE CONCLUSION CONCERNANT LA PROBLEMATIQUE DU « PRINCIPE COSMOLOGIQUE »

Afin de compléter cet article il est intéressant de lire, dans ce blog, les autres sujets concernant cette problématique.
Plus le temps passe et plus nous constatons que les observations mettent le « modèle ΛCDM » expansionniste à rudes épreuves. Aujourd’hui le « modèle ΛCDM » se trouve confronté à un bon nombre d’observations qui le mettent dans une situation de plus en plus inconfortable.

Le « modèle ΛCDM » serait-il arrivé aux limites de sa validité ???…avons nous dépasser son cadre théorique???…

Par contre,contrairement au « modèle ΛCDM » le modèle du « New Big-Bang Fractal » (« NBBF ») se trouve de plus en plus conforté grâce au fait qu’un bon nombre de ses prévisions sont, aujourd’hui, en bonne voie…

Alors qui aura la « morsure » du « COBRAS » ? Vers qui ce « COBRAS » s’approche-t-il le plus?(voir l’article précédent « L’HORLOGE GALACTIQUE PRISE EN DEFAUT » du 28 Avril 2015)… vers le « modèle ΛCDM » (avec une EXPANSION accélérée de l’ Univers) OU le modèle du « NBBF » (avec, comme prévision, un Univers qui est devenu GLOBALEMENT STATIQUE ?)…

Je pense que cette question capitale sera tranchée dans un avenir relativement très proche…

Affaire très intéressante à suivre…
A bientôt…

POUR LE « NBBF » : « PAS DE MORT THERMIQUE POUR NOTRE UNIVERS »…

 

 

« L’HORLOGE GALACTIQUE PRISE EN DEFAUT » 28 avril, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 13:13

NOUVEAU PROBLEME:« L’horloge galactique prise en défaut »

L’AGE DE NOTRE GALAXIE REMIS EN QUESTION? 28 avril, 2015
Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 12:35

Mario Cosentino le Mardi 28 Avril 2015

L’AGE DE NOTRE GALAXIE REMIS EN QUESTION ?

Bonjour,

Selon les équations du « New Big-Bang Fractal » (« NBBF ») notre Univers est plus âgé que 13,8 milliards d’années.
Selon la mission Planck l’âge que l’on attribue au Cosmos est de 13,8 milliards d’années.

Or, selon les dernières observations faites au sein de notre Galaxie l’âge même de notre Voie Lactée (notre Galaxie avec un grand G) est remis en question…

Quelles pourraient-être les conséquence de ce type d’observations sur le modèle cosmologique standard qui donne à notre Univers un âge de 13,8 milliards d’années?

Si le modèle standard de l’évolution chimique de notre Voie Lactée est remis en question il semble que cela risque non seulement de fausser l’âge de notre Galaxies mais aussi, par voie de conséquence, l’âge de notre Univers…

Dans ce blog j’ai souvent attiré l’attention que, selon certains indices très forts basés sur un très grand nombre d’observations, notre Univers semble être bien plus âgé que les quelques 13,8 milliards d’années.
Quel âge plausible pourrait avoir notre Univers ?
Réponse :

Il ne semble pas exclu que notre Univers pourrait avoir un âge MINIMAL de quelques 180 milliards d’années…(dans ce blog voir la publication des 2 articles en date du 1 Aout 2013 intitulé :

« AU SUJET DES 180 MILLIARDS D’ANNEES »
et
« UN AGE DE L’UNIVERS D’AU MOINS 180 MILLIARDS D’ANNEES ? »

EST-IL PLAUSIBLE QUE NOTRE UNIVERS SOIT PLUS VIEUX QUE 13,8 MILLIARDS D’ANNEES ?

Voyez ce que pense une équipe de chercheurs :

« Espace – Aéronautique – Astronomie
Pas de Big Bang ?

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/19494.htm

Les théories existantes sur la formation de l’univers ont été remises en question par la découverte d’un anneau de galaxies de 300 millions d’années lumières de long à une distance de 10.800 millions d’années lumières de notre planète.
Une équipe internationale d’astronomes, dirigée par le Dr Paul Francis de l’Australian National University, a fait cette annonce lors d’une conférence de presse en janvier dernier, en soulignant que la théorie du Big Bang ne peut pas expliquer comment un anneau de galaxies si immense aurait pu se créer et avoir le temps d’atteindre une telle expansion en « seulement » 13,7 milliards d’années. L’équipe a donc avancé les hypothèses que l’univers EST BIEN PLUS VIEUX QU’ON NE LE CROIT et que le temps de formation des galaxies est beaucoup plus bref. »—C’est moi qui souligne.

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/019/19494.htm

Je vous invite à poursuivre votre lecture de ce nouvel article concernant le problème de l’âge de notre Galaxie…

L’AGE DE NOTRE GALAXIE REMIS EN QUESTION ?

Voici la référence où vous trouverez cette remise en question de l’âge de notre Galaxie :

« L’horloge galactique prise en défaut

Dans le cadre d’une collaboration internationale, des chercheurs de l’Observatoire de Paris ont découvert un groupe d’étoiles géantes rouges énigmatiques, dont l’existence même REMET EN QUESTION LE MODELE STANDARD d’évolution chimique de notre Galaxie, la Voie lactée. Cette découverte fait l’objet d’un article paru dans la revue « Astronomy and Astrophysics » du mois d’avril 2015. »—C’est moi qui souligne.

http://www.obspm.fr/l-horloge-galactique-prise-en.html

Mais quel est l’âge de notre Galaxie?
Réponse :

« Espace
L’âge de la Voie Lactée

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/23353.htm

Une équipe internationale d’astronomes vient de déterminer l’âge de la Voie Lactée grâce au spectromètre UVES du télescope VLT de l’Observatoire européen austral (ESO) situé sur le Cerro Paranal au Chili. L’instrument a conclu que notre galaxie est âgée de près de 13.600 millions d’années avec une marge d’erreur de 800 ans. »

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/023/23353.htm

L’UNIVERS PROCHE OU L’UNIVERS LOINTAIN EST POUSSIEREUX

Référence :
« Enrichissement chimique (27/04/2015)
Des données du télescope Subaru permettent d’étudier l’enrichissement chimique dans des galaxies lointaines (donc vues comme peu de temps après le Big Bang). »

http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/index_f.php#N2015042802

http://subarutelescope.org/Pressrelease/2015/04/20/index.html

Cette observation concernant l’ »enrichissement chimique » fait partie des nombreux indices très forts en faveur d’un Univers bien plus âgés que 13,8 milliards d’années et en faveur, également d’un Univers qui serait DEVENU GLOBALEMENT STATIQUE après 18 milliards d’années d’expansion quantifiée à partir d’un BIG BANG FRACTAL…(voir les articles dans ce blog).

LE MODELE STANDARD COSMOLOGIQUE BENEFICIERA-T-IL TOUJOURS D’UN SURSIS ? SERA-T-IL MORDU PAR UN « COBRAS » ?

« Satellites / Astrophysique
Un étonnant « COBRAS » pour les cosmologistes »—C’est moi qui met entre guillemets.

« Des OBSERVATIONS QUI REMETTENT EN CAUSE LA THEORIE
Pourtant, comme toute théorie, et celle du Big Bang ne fait pas exception, elle peut être remise en cause à chaque nouvelle découverte. Or au cours de ces dernières années, cette théorie sur la genèse de l’Univers a été particulièrement SECOUEE. L’apparition de nouveaux instruments très puissants comme le grand télescope franco-canadien d’Hawaï ou le télescope spatial Hubble a contribué à ces CONTENSTATIONS. En effet, à partir de ces nouvelles données, des chercheurs américains affirment désormais que l’Univers ne serait plus âgé que de 8 à 12 milliards d’années alors que la théorie fixait cet âge à environ 16 milliards d’années. Cependant, ces dernières estimations sont à leur tour contestées. Autre argument s’opposant à la théorie actuelle, la DISTRIBUTION DES GALAXIES QUI EST IRREGULIERE [à ce sujet lire les articles de mon blog où il est question d'un Univers INHOMOGENE] et semble dessiner une gigantesque structure dont la formation est très difficile à expliquer à partir du Big Bang. Enfin, selon le modèle standard, la « matière sombre » devrait représenter plus de 90% de la masse de l’Univers. Or pour l’instant, cette « matière sombre » n’a jamais pu être détectée. »—C’est moi qui souligne.

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/035/35304.htm

N.B.:rappelons que selon les nombreuses équations du modèle d’Univers du « New Big-Bang Fractal » (« NBBF ») les problèmes que rencontre le modèle cosmologique standard ne viennent pas du tout du BIG-BANG mais le fait de croire que notre Univers est ENCORE en EXPANSION.
Le « NBBF », comme son nom l’indique, ne rejette pas du tout le Big-Bang mais de croire que notre Cosmos soit ENCORE en EXPANSION…

PETITE CONCLUSION
Dans ce qui va suivre je rappelle que j’ai beaucoup de respect pour tous les scientifiques travaillant, de près ou de loin, dans certaines disciplines très compliquées des Sciences de L’ Univers.
Mais en science il faut faire preuve de franchise et parfois, cette franchise, elle est mal interprétée.

Vu le contexte des observations les plus modernes le modèle standard de la cosmologie dominante expansionniste est dans une situation de plus en plus inconfortable…
Toujours selon les prévisions du « NBBF » le modèle d’Univers expansionniste (et non le Big-Bang) ne peut-être que moribond.
Prochainement d’autres observations encore de plus en plus problématiques pilonneront les fondements même de l’  « édifice », qu’est le modèle cosmologique standard expansionniste , jusqu’à son effondrement total…cela sera comme la « morsure » d’un « COBRAS »…
Au regard de la rapidité des observations de plus en plus pertinentes nous comprenons que cette « morsure », prévue dans le cadre du « NBBF », sera dans un avenir très proche…
A bientôt…

 

 

« COLD SPOT »:des conséquences sur le modele cosmologique standard expansionniste? 24 avril, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 18:07

Mario Cosentino le 24 Avril 2015

« COLD SPOT » : DES CONSEQUENCES SUR LE MODELE COSMOLOGIQUE STANDARD EXPANSIONNISTE?

Si cette « titanesque » structure venait à âtre confirmée de façon définitive quelles seraient les conséquences pour le modèle cosmologique standard expansionniste ?…

Avant de répondre à cette questions voyons ce que dit la récente actualité…

http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/index_f.php#N2015042101

« Désert froid (21/04/2015)
Le « Cold Spot », une zone froide décelée en 2004 dans les observations du fond cosmique micro-onde pourrait être dû au « supervoid », une région anormalement vide s’étendant sur près de deux milliards d’années-lumière. »

http://www.ras.org.uk/news-and-press/2616-cold-spot-suggests-largest-structure-in-

 universe-a-supervoid-1-3-billion-light-years-across

« La plus grande structure de l’univers vient d’être découverte… c’est un vide géant »

http://www.slate.fr/story/100639/plus-grande-structure-univers-supervide

« Cold Spot suggests largest structure in Universe: a supervoid 1.3 billion light years across »
Last Updated on Tuesday, 21 April 2015 14:25
Published on Monday, 20 April 2015 08:57

Astronomers may have found « the largest individual structure ever identified by humanity », according to Dr István Szapudi of the University of Hawaii at Manoa. Dr Szapudi and his team report their findings in the journal Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

http://www.ras.org.uk/news-and-press/2616-cold-spot-suggests-largest-structure-in-universe-a-supervoid-1-3-billion-light-years-across

DES CONSEQUENCES GRAVES POUR LE MODELE COSMOLOGIQUE STANDARD DOMINANT?

Maintenant répondons à la question posée au début de cet article…

Dans l’hypothèse d’une confirmation définitive d’une telle « titanesque » structure a de nombreuses conséquences graves pour le modèle cosmologique standard expansionniste.

Nous allons voir une liste, non exhaustive, de problèmes graves qui risquent de signer la ruine du modèle d’Univers dominant expansionniste.

Avec une telle « SUPER» STRUCTURE (dans l’hypothèse d’une confirmation définitive) voici le

PROBLEME N°1

1—> notre Univers n’est plus « HOMOGENE » mais « INHOMOGENE »  . Or, nous savons que dans un Univers « INHOMOGENE » il n’est plus possible d’utiliser la Relativité Générale (RG) pour une description générale de la dynamique du Cosmos.
Pour un Astrophysicien ne plus pouvoir utiliser les équations de la RG, pour comprendre l’Univers, c’est comme priver un Chirurgien de ses meilleurs outils de travail.

La mesure de la dimension de cette « gigantesque » structure de l’Univers est estimé à environ 1,8 milliards d’années -lumière (pour faciliter les calculs nous prendrons cette dimension égale à 2 milliards d’années-lumière que nous symbolisons par la lettre « d »). Donc « d » = 2 milliards d’années-lumière.

Pour prendre conscience que cette dimension « d » (de ce « presque vide » géant) semble être une sorte de « gros trou » dans un Univers supposé être HOMOGENE il est intéressant de comparer cette dimension de « d » avec une autre dimension « D » qui est la dimension de l’Univers observable. Selon la cosmologie standard cette dimension « D » du Cosmos est d’environ 80 milliards d’années-lumière. Donc « D » = 80 milliards d’années-lumière.

Ce rapport entre « d » et « D » s’écrit

d / D = 2 / 80 = 1 / 40

Ce rapport signifie que sur une règle graduée d’une longueur de 40 cm notre « presque vide » mesure 1cm…

Dans l’hypothèse d’un Univers « INHOMOGEME » notre Galaxie pourrait se situer dans une sorte de « bulle » parmi d’autres « bulles » plus au moins grandes les unes par rapport aux autres…

Voici ce que nous lisons dans CIEL & ESPACE N° 540, Mai 2015 page 43 :

« Parmi les trois pistes que vous suivez pour tenter de résoudre le mystère de l’énergie sombre, il y a la possibilité que l’Univers ne soit pas HOMOGENE et ISOTROPE. Qu’est-ce que cela signifie ?

[réponse de Yannick Mellier (Y.M.)]

Y.M. : Que nous pourrions être dans une région de l’Univers différente des autres. Par exemple, une sorte de BULLE de VIDE, à l’échelle des quelques amas de galaxies qui nous entourent. L’Univers ne serait donc pas le même partout. Cela pourrait FAUSSER nos observations du REDSHIFT des galaxies plus lointaines, donc notre MESURE de l’ EXPANSION. »—C’est moi qui souligne.

Profitons de ce commentaire pour passer au

PROBLEME N°2

2—> une MESURE FAUSSE des REDSHIFT entraîne une MESURE FAUSSE de l’ EXPANSION de l’Univers. Vu sous c’est angle là la croyance générale en une l’ EXPANSION de l’Univers pourrait bien être, finalement, qu’une ILLUSION car elle reposerait sur une FAUSSE interprétation des décalages spectraux « z » vers le rouge…voir les nombreux articles déjà publiés dans ce blog…
Que l’ EXPANSION de l’Univers puisse être une ILLUSION c’est ce que prédisent les équations du « NBBF » (voir mes 2 tomes ainsi que les articles dans ce blog).

PROBLEME N°3

3—> dans l’hypothèse d’une « FAUSSE EXPANSION » de l’Univers cela pourrait expliquer pourquoi il existe des SN1a différentes…à ce sujet voir, par exemple l’article dont voici la référence :

« Theoretical Clues to the Ultraviolet Diversity of Type Ia Supernovae »
Authors: Peter J. Brown, E. Baron, Peter Milne, Peter W. A. Roming, Lifan Wang
(Submitted on 20 Apr 2015)

http://arxiv.org/abs/1504.05237

Voici ce que nous lisons dans cette référence :

« The effect of metallicity on the observed light of Type Ia supernovae (SNe Ia) could lead to systematic errors as the absolute magnitudes of local and distant SNe Ia are compared to measure luminosity distances and determine cosmological parameters. »

Pour plus de détails voir l’article :

[PDF] 
arXiv:1504.05237v1 [astro-ph.SR] 20 Apr 2015
arxiv.org/pdf/1504.05237

En cache
2 days ago … arXiv:1504.05237v1 [astro-ph.SR] 20 Apr 2015. Draft version April 22, 2015.
Preprint typeset using LATEX style emulateapj v. 5/2/11.

Voir aussi la référence :

http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/men_f.php?dmois=0#N1101

« Supernovae (11/04/2015)

La DIVERSITE des supernovae de type Ia se confirme une fois de plus (cf news des 29/1 et 27/3/2015). Leur utilisation comme étalons de luminosité pour mesurer les distances cosmiques et estimer l’accélération de l’expansion de l’Univers demande la PLUS GRANDE PRUDENCE. » —C’est moi qui souligne.

http://uanews.org/story/accelerating-universe-not-so-fast

Dans cette dernière référence nous lisons le commentaire suivant très intéressant :

« A UA-led team of astronomers found that the type of supernovae commonly used to measure distances in the universe fall into distinct populations not recognized before. The findings have implications for our understanding of how fast the universe has been expanding since the Big Bang. » (fin de citation).

Si les SN1a ne peuvent plus êtres utilisées comme « chandelles standards » cette problématique FAUSSE les paramètres cosmologiques fondamentaux fournis récemment par la mission PLANCK.
Parmi ces paramètres cosmologiques, qui caractérisent notre Univers, la quantité d’ « énergie sombre », la quantité de la « matière sombre » ainsi que la croyance en l’ EXPANSION de l’Univers se trouveraient remisent en cause…

PETITE CONCLUSION

Le cumul de nombreuses observations astronomiques nous montrent des indices très forts que notre Univers ne peut PLUS ETRE en EXPANSION…il l’a été pendant 18 milliards d’années (voir les articles dans ce blog).

Que notre Univers puisse être « INHOMOGENE » maintenant cela semble de plus en plus crédible au regard, également, de nombreux indices très forts reposant sur des observations de plus en plus pertinentes (concernant l’anticipation de cette problématique d’un Univers « INHOMOGENE » voir également dans ce blog ce qui a déjà été publié)…

Dans un article intitulé « DES GALAXIES MYSTERIEUSES » : LA FIN PROCHAINE DE LA DOMINATION DU MODELE D’UNIVERS STANDARD ? » publié dans ce blog en date du 2 Avril 2015 j’ai attiré l’attention que la cosmologie standard se trouve en face de nombreuses difficultés tant théoriques que du coté des observations. Les fondations mêmes de l’édifice qu’est la cosmologie standard expansionniste se trouvent aujourd’hui pilonné, écrasé sous les nouvelles de plus en plus dures…
Ce contexte de plus en plus difficile pour la cosmologie expansionniste dominante nous rapproche-t-il encore d’avantage de l’apparition de l’ « AUBE D’UNE REVOLUTION » ?(pour plus d’informations voir, dans ce blog, l’article intitulé:

« DES GALAXIES MYSTERIEUSES »: LA FIN PROCHAINE DE LA DOMINATION DU MODELE D’UNIVERS STANDARD?…en date du 2 Avril 2015 cité plus haut.

A bientôt…

 

 

« Matière noire »,Soleil et « NBBF »:une « masse » de 3-5 GeV? 20 avril, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 12:08

Mario Cosentino le Lundi 20 Avril 2015

Bonjour,

MATIERE NOIRE, SOLEIL ET « NBBF » : UNE MASSE DE 3-5 GeV ?

Qu’est-ce que la « matière noire » ou « sombre » ?
Que vient faire ici notre étoile le Soleil ?
Selon les équations du modèle cosmologique du « New Big-Bang Fractal » (« NBBF ») la valeur, prévue et calculée de la masse de la « particule » de « matière sombre », est de 4 GeV ( la valeur précise est 3,7 GeV ). Cette masse correspond à la masse d’un atome d’hélium superfluide à une température de 2,18 K (pour plus de détails voir dans ce blog l’article : « MATIERE NOIRE : particule d’une masse d’ « ENVIRON 3 GeV » ? en date du 2 mars 2015).

« MATIERE NOIRE » : UNE MASSE DE 3-5 GeV ?

Pour la masse de la « matière sombre » la dernière valeur avancée par la référence en date du 16 Apr 2015 est de 3-5 GeV —voir la référence indiquée ci-dessous.

Avec la valeur de 4 GeV avancée par le « NBBF » cette dernière quantité se situe en bonne position dans la « fourchette » comprise entre 3-5 GeV…

PETITE CONCLUSION

J’encourage tous les Astrophysiciens et Physiciens des particules à se « pencher » sur les articles en références qui vont suivre…

A bientôt…

REFERENCES
« Generalised form factor dark matter in the Sun »
Authors: Aaron C. Vincent (Durham U., IPPP), Aldo Serenelli (ICE – CSIC/IEEC), Pat Scott (Imperial Coll., London)
(Submitted on 16 Apr 2015)

http://arxiv.org/abs/1504.04378

« Could the Sun be trapping asymmetric dark matter? »
Feb 23, 2015

http://physicsworld.com/cws/article/news/2015/feb/23/could-the-sun-be-trapping-asymmetric-dark-matter

« A possible indication of momentum-dependent asymmetric dark matter in the Sun »
Authors: Aaron C. Vincent (Durham U., IPPP), Pat Scott (Imperial Coll., London), Aldo Serenelli (ICE (CSIC-IEEC))
(Submitted on 24 Nov 2014 (v1), last revised 20 Feb 2015 (this version, v2))

http://arxiv.org/abs/1411.6626

 

 

BIOGRAPHIE DE MARIO COSENTINO 15 avril, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 13:36

Accueil
> Biographie de M Mario Cosentino
Biographie de M Mario Cosentino 15 mars 2015

Mario Cosentino
—>Enseignant en Mathématiques &Physique
—>Formation Universitaire en Astronomie & Astrophysique
—>Formation d’animateur de planétariums itinérants organisée par le
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
Conseiller scientifique pour la revue « Espace & Astrophysique »
—>Plus de 20 années de recherche dans les sciences de l’Univers
—>Auteur de 2 livres (1993 et 2001) et de nombreux articles sur la Cosmologie et la Mécanique céleste.

—>En Septembre 1997 l’antériorité de ses travaux de recherche théoriques, relatifs à un possible axe de rotation de l’Univers, fut reconnue par les chercheurs américains. La revue Sciences et Avenir l’a appelé le «  père de l’axe de l’Univers » – voir Sciences et Avenir N°609 novembre 1997.

—>Pour l’astrophysicien Jean-Claude Pecker, Membre de l’Institut, Professeur Honoraire au Collège de France, je suis « dans la bonne voie » pour ce qui concerne une nouvelle théorie de la « lumière fatiguée » d’Einstein et al., mais quantifiée –voir sa lettre du 11 avril 1999 reproduite dans mon livre « Le New Big-Bang » (2001) à la page 209 et 210. Mario Cosentino pense être le deuxième , en France, à défendre la théorie de la « lumière fatiguée » et peut-être le seul à posséder un modèle d’Univers aussi pertinent.

—>Tous ses travaux de recherche ont eu les félicitations d’un jury composé de scientifiques (d’un Astronome, d’un Physicien et d’un Géologue) à l’Université Jean-Monnet de Saint-Etienne. Ce jury lui reconnait, en autre, la découverte d’une formule très simple qui lui a permis de prévoir la distribution des gros objets « transneptuniens » comme par exemple la petite planète Sedna – voir Automates Intelligents N° 113, décembre 2010

—>Concernant l’expérience ALICE le CERN ne s’oppose pas à ce que M. Cosentino possède une primauté théorique concernant un Big Bang « liquide » et non « gazeux »– Lettre de Madame Despina Hatzifotiadou, responsable communication, du 12 janvier 2011
 
—>De nombreuses conférences dans les villes universitaires
—Conseiller scientifique pour la Revue « ESPACE & ASTROPHYSIQUE »
—Chargé du DOSSIER: « REVOLUTION EN COSMOLOGIE? »

 

1...34567...14
 
 

Actua_Econmetrics, Noureddi... |
HUBERT AMANI LE CHERCHEUR |
L'environnemnt |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dfabejay
| titimaquette
| scmathspc