nouvelle cosmologie de mario cosentino

Bienvenue sur mon blog

 

LA MATIERE SOMBRE: UN « ATOME TROU NOIR »? 9 mars, 2014

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 4:30

Mario Cosentino

MATIERE SOMBRE :UN « ATOME TROU NOIR » ?

http://arxiv.org/abs/1403.1375

La proposition d’ un « ATOME TROU NOIR » comme candidat potentiel à l’énigmatique « MATIERE SOMBRE » semble très intéressante. Pourquoi ?

Le modèle cosmologique du  »NBBF » à déjà proposé comme « ATOME » l’atome d’ hélium superfluide à une température très proche de 2K.

Récemment d’autres chercheurs, allant dans ce sens, ont également proposés que la matière sombre aurait la statistique de BOSE-EINSTEIN (voir dans ce blog).

Conclusion

J’encourage les chercheurs à se tourner vers ce genre de proposition. Il y a peut-être dans cette proposition une part de vérité qui pourrait afin résoudre l’un des grands problèmes tenace de la cosmologie moderne.

A bientôt…

 

 

DANGER!:la croyance en une expansion accélérée de l’Univers se complique… 6 mars, 2014

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 8:11

Mario Cosentino le 05 Mars 2014

Bonjour,

DANGER ! : LES SUPERNOVAE 1a SONT  »BIEN COMPLIQUEES »

Une des conséquences de ces COMPLICATIONS c’est qu’elles rendent également  »compliquée » la croyance en une expansion accélérée de l’Univers…
Du coup la seconde conséquence, qui lui est associée, c’est que l’énergie noire (ou sombre) devient elle aussi de plus en plus complexe la randant encore bien plus mystérieuse.

Je rappelle que selon le  »NBBF » quantique notre Univers n’est PLUS EN EXPANSION.
Tant que l’on croira que notre Cosmos est en expansion (accéléré ou pas) le modèle cosmologique standard dominant rencontrera de plus en plus de problèmes et de plus en plus graves.
La majorité des problèmes graves rencontrés dans le cadre de ce modèle ont pour cause cette croyance en un Univers qui serait encore en expansion. Tout cela est, encore une fois de plus, très encouragent car ce genre observations vont tout à fait dans le sens des prévisions du  »NBBF » quantique. Pour plus d’informations voir les articles de ce blog.

http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/index_f.php#N2014030502

Supernovae Ia (05/03/2014)
Les supernovae Ia sont décidément bien compliquées. Pour exploser, les naines blanches n’auraient pas besoin d’atteindre la fameuse masse critique de 1,4 fois celle du Soleil.

http://news.anu.edu.au/2014/03/04/critical-mass-not-needed-for-supernova-explosions/

Supernovae Ia (01/03/2014)
Les supernovae de type Ia sont utilisées comme standards de luminosité, ce qui permet d’estimer les distances de galaxies lointaines. Mais, parmi trois supernovae récentes les mieux étudiées de ce type, deux se comportent de façon inattendue et jettent un doute sur la calibration. Parmi elles, la récente supernova de M82.

http://newscenter.berkeley.edu/2014/02/27/closest-brightest-supernova-in-decades-is-

 also-a-little-weird/

Merci pou votre lecture

A bientôt…

 

 

Des SN1a qui mettent en doute l’expansion accélérée de l’Univers? 4 mars, 2014

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 3:42

Mario Cosentino le lundi 03 Mars 2014

Bonjour,

DOUTE SUR LA CALIBRATION DES SN1a PRISENT COMME « CHANDELLES STANDARDS » !!!

Les conséquences d’un tel doute sont nombreuses (et pas des moindres) et pourraient-être catastrophiques pour le modèle cosmologique standard dominant.

Ces observations jettent donc le doute sur :

1—> l’expansion accélérée de notre Univers

2—> Sur l’  »énergie noire » ou  »sombre »

3—> Sur les distances des SN1a

4—> Sur les données de la mission de Planck

CONCLUSION

Ce type de mise en doute est conforme aux prévisions du  »NBBF » (voir dans ce forum)…

N’oublions pas que cette mise en DOUTE, concernant les SN1a, n’est pas d’aujourd’hui…

Merci pour votre lecture!

Références

http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/index_f.php#N2014030102

Supernovae Ia (01/03/2014)
Les supernovae de type Ia sont utilisées comme standards de luminosité, ce qui permet d’estimer les distances de galaxies lointaines. Mais, parmi trois supernovae récentes les mieux étudiées de ce type, deux se comportent de façon inattendue et jettent un doute sur la calibration. Parmi elles, la récente supernova de M82.

http://newscenter.berkeley.edu/2014/02/27/closest-brightest-supernova-in-decades-is-

 also-a-little-weird/

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-explosion-supernova-sn-2014j-espionnee-plus-grands-telescopes-52568/

 

 

L’Univers:un gigantesque ordinateur quantique?… 21 février, 2014

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 5:07

Bonjour le vendredi 21 février 2014

NOTRE UNIVERS SERAIT-IL UN GIGANTESQUE ORDINATEUR QUANTIQUE ?

Grâce aux équations du  »NBBF » il est possible de prévoir que notre Univers serait une sorte de GIGANTESQUE ORDINATEUR (déjà parlé dans mes publications ). En d’autres mots notre Cosmos semble obéir à une sorte de  »programme cosmique » qui se traduirait par l’existence d’un ordre sous-jacent. Cet ordre sous-jacent pourrait se comparer à une sorte de  »programme intégré » …une sorte de  »CODE COSMIQUE »…
Le rôle de ce  »CODE COSMIQUE » serait de faire en sorte que les informations contenues dans son  »programme intégré » soient exécutées de façon à ce que notre Univers puisse bien avoir tous les paramètres qui le caractérisent actuellement.
Tout comme dans le  »CODE GENETIQUE » on trouve les caractéristiques d’un individu tout comme dans le  »CODE COSMIQUE » on trouve les caractéristiques de notre Cosmos…
Ainsi, selon le  »NBBF » les caractéristiques ou les paramètres suivant ont été programmés :

1—> la température du Big-Bang (température de Planck)

2—> sa température finale lorsque l’Univers STOPPE son expansion (2,726 K = constante donc : PAS DE MORT THERMIQUE POUR NOTRE UNIVERS…)

3—> son  »horizon cosmologique » lorsque l’Univers STOPPE son expansion( Ruo = 1,68 x 10 ^ 26 m)

4—> la valeur de sa vitesse de rotation (Vuo = 1, 225 x 10 ^ -12 m.s ^ -1 )

5—> ses oscillations de valence radiales et périphériques

6—> la valeur de sa masse et par voie de conséquence de sa masse volumique

7—> la valeur de son entropie finale (2,5 x 10 ^ -21 J. K ^ -1 )

8—> la valeur de la distance du second Univers constitué d’antimatière

etc…

N.B. : dans un Univers qui serait dominé uniquement par la force de gravitation un Cosmos ne peut pas STOPPER son expansion et se maintenir ainsi dans un état STATIQUE bien équilibré. Par contre dans un Univers dominé par la mécanique QUANTIQUE (qui engendre des oscillations relativistes) et non par la gravitation cet état STATIQUE bien équilibré semble possible à l’image de l’électron dans son état fondamental autour du proton ( voir l’atome d’hydrogène).

Référence

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-fin-trous-noirs-selon-hawking-avis-jean-pierre-luminet-52134/

Voici ce que nous lisons, de très intéressant, dans cette référence qui ne sont autres que les paroles de l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet :

« Il y a incontestablement quelque chose de très profond, que nous ne comprenons pas encore très bien et qui se trouve à l’intersection de la physique des trous noirs et de la théorie quantique de l’INFORMATION. À cet égard, les spéculations de physiciens qui, comme Seth Lloyd, comparent les trous noirs et l’univers à des ordinateurs quantiques sont fascinantes. »—C’est moi qui souligne.

PETITE CONCLUSION

Tout cela est, une fois de plus, très encouragent pour les autres prévisions cosmologiques du  »NBBF »…

Avec toutes mes salutations respectueuses

Mario Cosentino

 

 

De plus en plus proche du Big-Bang!!! 18 février, 2014

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 7:26

Bonjour, le 18 février 2014

Comme prévu les étoiles et les galaxies sont observées de plus en plus proche du Big-Bang !
Pour apprécier cela voici une petite chronologie qui nous fait prendre conscience que la situation pourrait s’aggraver…

PETITE CHRONOLOGIE QUI SELON LE « NBBF » NOUS MONTRE QUE NOUS NOUS APPROCHONS DANGEREUSEMENT DU BIG-BANG

1—> 2014 —> une étoile est observée à 200 millions d’années après le Big-Bang

http://www.tdg.ch/savoirs/sciences/Ils-decouvrent-la-plus-vieille-des-etoiles/17213179/print.html

2—> 2012 —> des galaxies sont observées à 500 millions d’années après le Big-Bang

http://www.tdg.ch/savoirs/sciences/Hubble-a-observe-les-galaxies-les-plus-lointaines-jamais-vues/story/14001542

3—> 2009 —> un objet est observé à 800 millions d’années après le Big-Bang

http://raaoq.site-forums.com/t461-un-objet-enorme-decouvert-aux-confins-de-l-univers

ATTENTION : à quand —> des objets observés à 0 millions d’années après le Big-Bang???… ou pourquoi pas … un objet (ou des objets) ayant un âge qui le ferait naître 10 ou 50 milliards d’années AVANT le Big-Bang???…à l’allure où vont les observations cette situation paradoxale n’est pas interdite…
Souvenons-nous qu’en 1995 on avait des étoiles plus vieilles que l’Univers…

http://www.cite-sciences.fr/actu/numeros/N51_jui_aout97/kiosques/html/une4.html

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-l-age-des-plus-anciennes-etoiles-27307.php

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-etoile-hd-140283-plus-vieille-univers-observable-45109/

Mais au fait depuis quand avons-nous un modèle qui donne un âge à cette étoile à la VIRGULE près de 13,6 milliards d’années ???…

Avancer un tel âge avec une telle précision, personnellement, cela ne me paraît pas crédible…et vous quelle est votre opinion…qu’en pensez-vous???….

Respectueusement

Mario Cosentino

« NBBF’: PAS DE MORT THERMIQUE POUR NOTRE UNIVERS

 

 

Un Univers quantique avec une expansion quantifiée?…

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 4:26

Bonjour, le 18 février 2014

Voici un approfondissement avec une écriture plus simplifiée de la relation qui s’écrit :

r1 = n1 ^2 a0/ Z

Nous savons que dans le modèle de l’ ATOME DE BOHR Z = 1 (atome d’hydrogène ayant 1 électron et 1 proton —> donc Z = 1)

nous avons pour le calcul de r1

r1 = n1 ^2 a0

donc pour le calcul de n1

n1 = (r1 / a0 ) ^0,5

avec

n = nombre quantique principal = 1, 2, 3, … en fonction des « orbitales quantifiées électroniques ». Les électrons peuvent occupés uniquement que ces « orbitales ». Dans l’image d’une distribution classique TOUTES les valeur de r sont permises (ESPACE EN CONTINUUM).. Alors que la mécanique CLASSIQUE prédit que tous les rayons r, à partir du noyau, sont acceptés il n’en va pas de même dans la mécanique QUANTIQUE où nous avons à faire à d’une distribution dite quantifiée comme l’atome de Bohr.
Rappelons, au passage, que

« Le résultat de Bohr est en bon accord avec les résultats expérimentaux se rapportant à N’IMPORTE QUEL atome à un électron, (…) » …[1]page 628.—C’est moi qui souligne.
Continuons nos explications

a0 = rayon de Bohr

Z = NOMBRE DE PROTONS

En ce qui concerne la signification de Z voici ce que nous lisons dans la référence [1] citée page 22 :

« Considérons un atome qui se compose d’un noyau de dimension faible et de masse élevée et contenant Z PROTONS, et d’un électron qui se trouve sur une orbite circulaire de rayon r centrée sur le noyau. »…page 625.—C’est moi qui souligne.

Concernant Z voici une autre référence plus récente [2] :

«(…), et Z le NOMBRE DE PROTONS dans le noyau. » …page 75.—C’est moi qui souligne.

 »PRINCIPE DE CORRESPONDANCE » ( »PC ») ,  »NOMBRE QUANTIQUE PRINCIPAL DE L’UNIVERS » ( »NQPU ») ,  »EXPANSION QUANTIFIEE » ( »EQ ») DANS UN ESPACE-TEMPS EN  »QUASI-CONTINUUM » ( »QC ») , UNIVERS AVEC UN BIG-BANG FRACTAL ( »NBBF ») STOPPANT SON EXPANSION

1—>LE  »PRINCIPE DE CORRESPONDACE » (  »PC »)
Historiquement le  »PC » , fut introduit par Bohr en 1920.
Ce  »PC » peut se traduire ainsi

« PC ») => nh >> h

L’approximation du  »PC » est très fructueux lorsqu’on traite la quantification des états de Rydberg, où nous pouvons avoir un n à environ 50 ou supérieur.

2—>LE  »NOMBRE QUANTIQUE PRINCIPAL DE L’UNIVERS » (NQPU »)

Par l’ utilisation du  »PC » il est possible, par une simple extrapolation, de donner un  »NOMBRE QUANTIQUE PRINCIPAL » ( »NQPU ») à notre Univers. Ce nombre qui va être utilisé pour comprendre comment pourrait se dérouler une EXPANSION QUANTIQUEE ( »EQ ») du Cosmos au cours de sa DILATATION d’une durée de 18 milliards d’années.

Donc au cours de  »EQ » nous avons pour le calcul nU de l’Univers l’expression

nU = (rU / a0 ) ^0,5

Par contre lorsque le Cosmos STOPPE son expansion nU devient nU0. Dans ce cas la relation précédente devient

nU0 = (rU0 / a0) ^0,5 = CONSTANT car l’Univers STOPPE son expansion

nU0 =  »Nombre Quantique Principal de l’Univers » ( »NQPU0 ») lorsqu’il STOPPE son expansion = 1,78.10 ^18.

Avec ces relations il n’est pas difficile d’obtenir la valeur du rayon de courbure  »rU0 »de l’Univers lorsque ce dernier STOPPE son expansion. Ce rayon de courbure rU0 = 1,68.10 ^26 m. Cette valeur se justifie par une cohérence interne qui existe entre la constante de structure fine α et, bien évidemment, avec le reste des équations du  »NBBF » .

3—>UNE  »EXPANSION QUANTIFIEE ( »EQ ») ABOUTISSANT A UN  »QUASI-CONTINUUM ( »QC ») QUI SE TREMINE AVEC UNE DIMENSION FRACTALE  »D »

Le calcul nous montre que plus nous nous approchons de la fin des 18 milliards d’années d’  »EQ » et plus nU augmente et plus nous constatons que le  »PC » nous donne un espace-temps en  »QUASI-CONTINUUM » ( »QC ») . Si l’on combine une  »EXPANSION QUANTIFIEE ( »EQ ») donnant un espace-temps en  »QC » avec l’hypothèse d’un Univers qui serait devenu globalement FRACTAL (avec une dimension fractale  »D » = 2,726 8…ou  »éponge de MENGER » ) alors une première approche explicative semble justifier pourquoi après cette durée de 18 milliards d’années d’  »EQ » l’Univers STOPPE sa dilatation. En effet, dans une  »EQ » l’espace entre une « orbitale» et la « suivante » tend vers 0 (ainsi que l’énergie) au fur et à mesure des « SAUTS QUANTIFIEES ».

NB :Dans certaines expériences menées à l’ École Polytechnique (France) on constate que des « frontières fractales »  peuvent STOPPER certains phénomènes. Par exemple nous savons que des structures à dimensions fractales peuvent ainsi STOPPER des phénomènes chimique (comme la corrosion), mécanique (comme l’absorption du son ou isolation sonore ),etc.

UNE EXTRAPOLATION QUI N’EST PAS INTERDITE

Une extrapolation du  »PC » utilisé et appliqué dans le cadre du modèle cosmologique du  »NBBF » nous donne un moyen d’obtenir une équation qui régit une  »EQ » aboutissant à un espace en  »QC » et enfin se terminant par un Univers ayant une géométrie globale à dimension fractale  »D » qui STOPPE son expansion.
Il n’est pas interdit d’appliquer la mécanique de l’atome d’hydrogène (avec Z = 1) à un Big Bang donnant naissance à une sorte de « SINGULARITE » avec une sorte d’« ATOME PRIMITIF » (de Georges Lemaître) et de voir où cette extrapolation nous conduit. Nous savons que dans l’histoire des sciences il est courant de faire, d’utiliser des extrapolations.

Ce qui est intéressant c’est qu’avec le « PC »

 »(…), on retrouve un QUASI-CONTINUM pour l’énergie ainsi que le concept classique de « trajectoire » de l’électron autour du proton (cf. Leçon 17). »…page 84. —C’est moi qui souligne.

Ainsi avec une simple extrapolation judicieuse du  »PC », faite dans le cadre du  »NBBF » , on retrouve aussi un  »QUASI-CONTINUM » dans l’ EXPANSION QUANTIFIEE de notre Univers au cours des 18 milliards d’années de DILATATION QUANTIQUE…

CONCLUSION

Il semble plausible que notre Univers soit quantique.
Dans cette hypothèse il pourrait donc obéir aux lois de la mécanique quantique.
L’espace pourrait ainsi être discret et non continue.

Merci pour votre lecture

Mario Cosentino

Références

[1] PHYSIQUE : Joseph Kane et Morton Sternheim, InterEditions, Paris, 1986, pp. 624 à 630.

[2] Quantique fondements et applications : José-Philippe Pérez, Robert Carles et Olivier Pujol, De Boeck, septembre 2013, pp. 70 à 84.

 

 

Des modèles et des observations qui consolident le « NBBF » 19 décembre, 2013

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 7:50

Bonjour le 19 Décembre 2013

DES MODELES ET DES OBSERVATIONS QUI CONSOLIDENT DE PLUS EN PLUS LES PREVISIONS DU  »NBBF » QUANTIQUE

INTRODUCTION
Nous allons parler de 3 sujets fondamentaux qui semblent bien nous indiquer que nous allons vers un nouveau PARADIGME.
Voici ces 3 sujets :
1—> la MATIERE SOMBRE
2—>de la théorie de la LUMIERE FATIGUEE
3—>et le sujet ou plutôt un des problèmes fondamental qui concerne l’ HOMOGENEITE ou l’ INHOMOGENEITE de notre l’Univers . En effet, comme nous allons facilement le vérifier, les observations vont plutôt vers un Univers, à TRES GRANDE ECHELLE, de plus en plus INHOMOGENE… Comme déjà signalé dans ce forum un Univers INHOMOGENE porterait un coup mortel au PRINCIPE COSMOLOGIQUE PARFAIT de la Relativité Générale… Sur la base de ces nouvelles observations il semble se dessiner, à TRES GRANDE ECHELLE, de titanesques structures galactiques qui défient le modèle cosmologique dominant expansionniste (sauf pour le  »NBBF » car il intègre très bien un Univers à distribution galactique INHOMOGENE) .
Je pense que le moment est très proche où les EPICYCLES à la Ptolémée ne seront d’aucun secours pour le modèle d’Univers dominant expansionniste…

—>Le sujet 1 montre que, pour résoudre l’une des énigmes la plus tenace de l’Univers, de plus en plus de chercheurs se tournent vers la  »CONDENSATION DE BOSE-EINSTEIN » et la  »SUPERFLUIDITE » —propriétés proposées par le modèle cosmologique du  »NBBF » depuis la sortie de mon tome 2 (2001)!…

—>Le sujet 2 concerne un problème potentiel grave car il pourrait rendre faux tous les calculs concernant
a) l’interprétation des décalages spectraux  »Z » vers le rouge
b) le  »CMB » ainsi que
c) le  »SZ » …
En somme ce problème 2 nous fait courir le risque de remettre en question des croyances fondamentales comme l’expansion de l’Univers ainsi que son âge…

—> Enfin le sujet 3, associé au sujet 2, risque de  »mettre en l’air » tout l’édifice qu’est le modèle dominant expansionniste…

MODELES ET OBSERVATIONS

Afin de résoudre une des énigmes les plus tenaces de l’Univers, les chercheurs commencent à se tourner vers le condensat de « BOSE-EINSTEIN ».
Complex scalar field dark matter on galactic scales
Authors: Tanja Rindler-Daller, Paul R. Shapiro
(Submitted on 5 Dec 2013)

http://arxiv.org/abs/1312.1734

Astrophysical Constraints on Dense Matter in Neutron Stars
Authors: M. Coleman Miller (University of Maryland)
(Submitted on 29 Nov 2013)

http://arxiv.org/abs/1312.0029

En ce qui concerne mes travaux de recherche en cosmologie voilà maintenant quelques 12 ans que le modèle cosmologique du  »New Big-Bang Fractal » ( »NBBF ») quantique propose comme candidat pour la MATIERE SOMBRE de l’  »hélium superfluide » à très basse température (2,12K) —voir mon tome 2 (2001).

LES GRANDES PHASES COSMOLOGIQUES DU  »NBBF » QUANTIQUE

Il est très encouragent de constater que le contenu de l’ouvrage collectif  »Un autre cosmos » ( 2012, référence déjà citée dans ce forum) rejoint (sur les grandes lignes) celui de mes 2 tomes (1993 et 2001)
Voici ces grandes lignes concernant les grandes phases cosmologiques du  »NBBF » :

—>1-Un Big-Bang qui aurait donné naissance à 2 Univers à parité opposée (Univers de matière et Univers d’antimatière) ou de « PLASMA »—voir « Un autre cosmos ? » page 91

—>2-Une expansion, par sauts quantifiés, qui aurait duré 18 milliards d’années. Il semble que cet ARRET de l’expansion de l’Univers aurait pour cause un vide quantique, du Cosmos, qui serait devenu « globalement à géométrie fractale ». Cette dimension fractale serait celle de l’« EPONGE DE MENGER » avec une dimension D = 2,726 8…

—>3-Après cette durée d’expansion notre Univers serait entré dans une phase dite « globalement statique »—voir « Un autre cosmos ? » page 117, etc.
Cette phase « globalement statique » n’est pas permise par la RG. Par contre dans le cadre du  »NBBF » notre Univers n’est pas dominé par la gravitation mais par la mécanique quantique. Or la physique de cette mécanique quantique autorise cette phase « globalement statique » grâce à des  »Oscillations de Valence Radiales Relativistes » (OVRR) ainsi que par des  »Oscillations de Valence Périphériques Relativistes » (OVPR) du vide quantique extrêmement agité.
Dans le cadre d’un modèle d’Univers « globalement statique » le décalage spectral  »Z » vers le rouge est interprété comme une  »fatigue de la lumière » ou un « rayonnement …dégradé»—voir mon tome 2 et « Un autre cosmos ? » page 88. Dernièrement Martin Lopez-Corredoira n’ exclu pas la théorie de la « fatigue de la lumière ». Voir :
Alcock-Paczynski cosmological test
Authors: Martin Lopez-Corredoira
(Submitted on 28 Nov 2013)

http://arxiv.org/abs/1312.0003

Un Univers « globalement statique » est-il aujourd’hui concevable ?
Selon certaines observations il semble bien que oui…
En effet, sur la base de nombreuses observations, l’architecture à grande échelle de notre Univers semble être de plus en plus INHOMOGENE (voir également plus haut).
Le problème est que si cette architecture INHOMOGENE venait à ce confirmer les équations de la Relativité Générale (RG) et son PRINCIPE COSMOLOGIQUE PARFAIT ne serait d’aucune utilité pour une compréhension globale de notre Univers…
Au sujet d’une INHOMOGENEITE de l’Univers voir les références suivantes :
Inhomegeneous cosmological models and fine-tuning of the initial state
Authors: Peter Sundell, Iiro Vilja
(Submitted on 28 Nov 2013)

http://arxiv.org/abs/1311.7290

Title: The largest structure of the Universe, defined by Gamma-Ray Bursts
Authors: I. Horvath, J. Hakkila, Z. Bagoly
(Submitted on 5 Nov 2013)

http://arxiv.org/abs/1311.1104

Cette structure de 10 milliards d’années-lumière représente un rapport
 »diamètre structure »(10 milliards d’années-lumière) / diamètre Univers (42 x 2 = 84 milliards d’années-lumière) de :
10 / 84 = 1 / 8,4 ~ 12% !
…du diamètre de l’Univers observable (selon le modèle standard). Pour traduire ce rapport d’une façon plus simple (plus  »visuelle ») et donc plus pertinente nous pouvons le traduire par une titanesque structure galactique ayant une dimension de  »10 cm » dans un Univers observable d’une longueur d’  »1 mètre » !!!
Comment concevoir encore un Univers HOMOGENE avec une telle structure, un tel rapport???…
Grande échelle (21/11/2013)
En analysant la répartition de sursauts gamma les astronomes ont mis en évidence la plus grande structure connue de l’Univers. Avec un diamètre de 10 milliards d’années-lumière, elle domine le Large Quasar Group, qui n’en fait que 4 milliards, et écrase le Sloan Great Wall (1,4 milliards). L’origine de cette structure est inconnue.
http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/ann_f … 13#N112102

http://news.discovery.com/space/galaxie … -a-cosmic-
conundrum-131119.htm

ESPACE
Des astronomes découvrent la plus grande structure de l’Univers connue à ce jour
http://www.journaldelascience.fr/espace … onnue-2905

 »Gigantesque !!! Trop pour Einstein… »
Le mot gigantesque vient de subir une très forte réévaluation. Désormais, il faudra comparer tout ce qui peut mériter ce qualificatif dans notre Univers à la nouvelle structure découverte par Roger Clowes de l’université du Lancashire à Preston (Angleterre) et ses collègues et révélée par une publication dans les Monthly Notices de la Royal Astronomical Society. Il s’agit d’un grand groupe de quasars (LQG, pour Large Quazar Group en anglais) dont la taille atteint… 4 milliards d’années-lumière. Soit environ le vingtième du diamètre de l’univers observable dont l’horizon est estimé à 40 milliards d’années lumière. La largeur de cette structure n’est guère moins extraordinaire :  1,63 milliard d’années-lumière. Gigantesque – faible mot – donc.
http://blog.slate.fr/globule-et-telesco … -einstein/

 »Le Groupe de Quasars qui devrait ne pas Exister »
Ils n’en croient pas leurs yeux : les cosmologistes viennent de débusquer un formidable amas de 73 galaxies large comme 40.000 Voie lactée ! Une formation, la plus grosse jamais observée dans l’Univers, qui fait mentir Einstein… et vaciller le modèle standard.
(1) D’une densité sans équivalent, cet incroyable grumeau de 73 galaxies au trou noir hyperactif… (2) gros, dans notre ciel, comme 30 pleines lunes… (3) …couvre 4 milliards d’années-lumière de l’Univers visible.

http://planete.gaia.free.fr/astronomie/ … asars.html

Avant « Le Groupe de Quasars qui ne devrait pas Exister » il y avait cette observation de la très grande galaxie spirale BX442 qui elle aussi ne « devrait pas exister » —voir l’article :
 »BX442, la grande galaxie spirale qui ne devrait pas exister »
Une grande galaxie spirale observée par les télescopes Hubble et Keck rend quelque peu perplexes les astrophysiciens. Âgée de presque 11 milliards d’années, une telle galaxie ne devrait être apparue que des milliards d’années plus tard dans l’histoire du cosmos observable. Visiblement, il nous manque encore des pièces du puzzle de la formation et de l’évolution des galaxies.
Le 25/07/2012 à 11:34 – Par Laurent Sacco, Futura-Sciences
http://www.futura-sciences.com/magazine … ter-40258/

C’est grâce à cette grande galaxie (BX442) que je calcule que l’âge de notre Univers serait de quelques180 milliards d’années.
Pour un Univers plus vieux voir la référence :
« L’équipe a donc avancé les hypothèses que l’univers est bien plus vieux qu’on ne le croit (…) »
http://www.bulletins-electroniques.com/ … /19494.htm

Concernant ce problème de l’ INHOMOGENEITE de l’Univers signalons, également, le VIDE DU BOUVIER.

CONCLUSION
Après ces quelques considérations il semble de plus en plus évident que les cosmologistes standards devraient revoir leur copie.
Par contre en ce qui concerne les prévisions du modèle cosmologique du  »NBBF » quantique il est facile de constater que ce modèle d’Univers se porte bien car il est sur la bonne voie.
Une de ces prévisions concerne l’  »hélium superfluide » comme candidat sérieux à la MATIERE SOMBRE en passant par la condensation de  »BOSE-EINSTEIN ».
Vu que de plus en plus de chercheurs se tournent vers cette  »condensation » (voir plus haut) cela montre que les prévisions du  »NBBF » se portent à merveille !!!
Voici les références très intéressantes [1], [2], [3a] et [3b] qui consolident le  »NBBF » quantique lorsqu’il propose l’  »hélium superfluide » comme candidat à la MATIERE SOMBRE.
A mon point de vue il me semble capital que d’autres chercheurs se penchent vers les propriétés quantiques de l’  »hélium superfluide » car, ce que nous savons déjà nous pousse à croire que cette piste de recherche possède des atouts. Ces derniers pourraient jeter une certaine  »LUMIERE » sur la MATIERE SOMBRE faisant de cette piste de recherche une « piste prometteuse ».

REFERENCES
[1]Cosmological Constraints on Bose-Einstein-Condensed Scalar Field Dark Matter
Authors: Bohua Li, Tanja Rindler-Daller, Paul R. Shapiro
(Submitted on 22 Oct 2013)

http://arxiv.org/abs/1310.6061

[2]Dark matter as a Bose–Einstein Condensate: the relativistic non-minimally coupled case
Authors: Dario Bettoni, Mattia Colombo, Stefano Liberati
(Submitted on 14 Oct 2013)
http://arxiv.org/abs/1310.3753

[3a]HST/COS Observations of the Quasar Q0302-003: Probing the He II Reionization Epoch and QSO Proximity Effects
Authors: David Syphers, J. Michael Shull
(Submitted on 6 Oct 2013)

http://arxiv.org/abs/1310.1616

[3b]Detection of intergalactic ionized helium absorption in a high-redshift quasar
P. Jakobsen*, A. Boksenberg†, J.M. Deharveng‡, P. Greenfield§, R. Jedrzejewski§ & F. Paresce*§
http://www.nature.com/nature/journal/v3 … 035a0.html

[4]Matière, Bose
http://actu-science.nouvelobs.com/matiere-bose.html

Pour ceux qui veulent approfondir la condensation de  »BOSE-EINSTEIN » ainsi que les propriétés de l’  »hélium superfluide » voici d’autres références:
[5] « 5 JEUNES CHERCHEURS D’AVENIR », Le Pommier, 2013, pp.134 à 157

[6] Sandro Stringari : « L’aventure des gaz ultra-froids Condensation de Bose-Einstein et superfluidité, Collège de France/Fayard, 2005
[7] Patrick Peter, Alejandro Gangui : « Des défauts dans l’Univers », CNRS Editions, Paris 2003, pages 74,75 où il est question de :
—> »L’hélium à très basse température:simuler l’Univers à froid » et
—> »De la cosmologie dans un tube à essais ? »

[8] B.Diu, C. Guthmann, D. Lederer, B. Roulet : « Physique statistique, Hermann, Paris, 1989, pages 879 à 905.

 

 

 

La fin du modèle expansionniste? 23 novembre, 2013

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 17:13

Mario Cosentino Le 23 Novembre 2013

Enseignant en Mathématiques & Physique

Formation Universitaire en Astronomie & Astrophysique

LA FIN DU MODELE D’UNIVERS DOMINANT EXPANSIONNISTE SERAIT-ELLE POUR TRES BIENTÔT ?…

Je crois que cette fois-ci les cosmologistes doivent paniquer car leur modèle d’Univers dominant expansionniste est, encore une fois, sérieusement remis en cause par les toutes dernières observations très bouleversantes …

Voir :

http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/index_f.php#N2013112102

 »Grande échelle (21/11/2013)

En analysant la répartition de sursauts gamma les astronomes ont mis en évidence la plus grande structure connue de l’Univers. Avec un diamètre de 10 milliards d’années-lumière, elle domine le Large Quasar Group, qui n’en fait que 4 milliards, et écrase le Sloan Great Wall (1,4 milliards). L’origine de cette structure est inconnue.  »

http://news.discovery.com/space/galaxies/universes-largest-structure-is-a-cosmic-
conundrum-131119.htm

Mais devant ces observations où serait le véritable problème cosmologique qui pourrait faire s’écrouler tout l’édifice qu’est le modèle d’Univers dominant expansionniste ?

Ce modèle repose sur le PRINCIPE COSMOLOGIQUE PARFAIT ( »PCP ») d’Einstein.

Ce  »PCP » est indispensable aux cosmologistes expansionnistes car il soutient que notre Univers, à grande échelle, serait HOMOGÈNE et ISOTROPE…autrement-dit que la matière devrait-être UNIFORMÉMENT répartie dans tout l’espace.

Or, avec les conclusions possibles d’une « 3ème MURAILLE  »RECORD » » de galaxies (car encore plus TITANESQUE que les autres « MURAILLES » ) le  »PCP ») est, de nouveau, sérieusement remis en cause. En effet ce n’est pas la première fois que le  »PCP » est sérieusement remis en cause (voir la référence [2]).

Ainsi nous comprenons que si, BIENTÔT, ce « PCP » ne serait plus observable (observation d’un Univers non homogène à grande échelle) donc non applicable dans le modèle d’Univers dominant expansionniste alors cela compromettrait toute étude GLOBALE de notre Cosmos puisque la distribution de la matière ne serait plus HOMOGENE…

Les conséquences d’une telle distribution non HOMOGENE de la matière ferait qu’il serait impossible de pouvoir utiliser les équations de la Relativité Générale (RG) pour une meilleur compréhension de notre Cosmos. Voilà le grave problème qui fait courir le risque que le fondement de l’édifice qu’est la cosmologie moderne (ainsi que sa très grande majorité de prévisions) ne reposerait que…sur du sable mouvant…

Dans ce contexte nous comprenons pourquoi la situation semble devenir de plus en plus problématique, embarrassante, dramatique pour les cosmologistes expansionnistes car, à mon humble avis, il doivent sentir de ‘plus en plus’, que l’avenir de leur modèle d’Univers expansionniste est de ‘plus plus’ menacé par des observations également de ‘plus en plus’ précises…

Mais alors que deviendraient les équations de la RG ?

S’il ne serait plus possible d’étudier notre Cosmos dans sa GLOBALITE à l’aide des équations de la RG cette dernière reste valable dans l’étude de Univers proche ou local.

CONCLUSION

Si les observations venaient à confirmer cette « 3ème MURAILLE » de galaxies nous comprenons toute l’importance, toute la portée dans le domaine de la cosmologie expansionniste moderne.

Cette situation nous conduirait vers un nouveau PARADIGME…

Vu sous cet angle là, le modèle cosmologique du  »New Big-Bang Fractal » ( »NBBF ») nous propose justement, en tant que modèle alternatif, un NOUVEAU PARADIGME. Cette proposition est sérieuse car, une fois de plus, nous constatons que les conclusions de ces observations confortent les prévisions du modèle cosmologique du (« NBBF »). Ce modèle d’Univers existe depuis le début des années 1990 (voir mes 2 Tomes dans ce blog)…

En tout cas cela est plus qu’encouragent car ces observations, ainsi que bien d’autres, consolident les prévisions du modèle cosmologique du  »NBBF ». Ce dernier prévoit que :

1-Notre Univers, après 18 milliards d’années de dilatation, n’est plus en expansion. Cet équilibre n’est pas autorisé par la RG mais il n’est pas du tout exclu par la Mécanique Quantique (MQ). Or, nous savons que notre Univers est également quantique. Actuellement la matière baryonique ne représente que seulement quelques 5% !

2-Selon un calcul (que j’ai fait à partir de l’observation de la grande galaxie spirale BX442-voir [1]) notre Univers n’est plus en expansion (ou en équilibre) depuis au moins 180 milliards d’années…

Il est bon de signaler que l’existence des titanesques « MURAILLES » de galaxies ne trouve pas d’explications dans le cadre du modèle cosmologique dominant expansionniste car ses quelques seulement 13,8 milliards d’années pour l’âge de notre Univers ne semblent pas être suffisant pour expliquer la présence de telles titanesques « MURAILLES » de galaxies. Mais les observations de ces gigantesques structures galactiques pourraient-elles être des indices qui nous indiqueraient que notre Univers pourrait finalement avoir un âge bien plus vieux que les quelques 13,8 milliards d’années?…

Pour un âge de l’Univers bien plus vieux voir la référence [3] ).

Réfléchissons : est-il possible qu’avec seulement ces quelques 13,8 milliards d’années notre Univers puisse avoir assez de temps pour mettre en place de telles structures que sont ces gigantesques « MURAILLES » de galaxies ?…dit autrement…notre Cosmos a-t-il le crédit du temps pour être tel que nous l’observons ?… tel qu’il est?…

Par contre avec un âge d’au moins 180 milliards d’années notre Univers a largement le temps de mettre en places de telles « MURAILLES » de galaxies…

Est-il déraisonnable que notre Cosmos soit plus âgé que 13,8 milliards d’années ?

Au vu de certaines observations il n’est pas du tout déraisonnable d’accepter que notre Univers soit bien plus âgé que seulement quelques 13,8 milliards d’années —voir, de nouveau, la référence [3].

3-Notre Univers n’étant plus en expansion sa température est prévue, par les équations du  »NBBF » quantique, comme étant indépendante du temps…donc PAS DE MORT THERMIQUE POUR NOTRE UNIVERS…

http://news.discovery.com/space/galaxies/universes-largest-structure-is-a-cosmic-conundrum-131119.htm

Chères lectrices, chers lecteurs que pensez-vous de cette référence?…

En tout cas pour le  »NBBF  » LA FIN DU MODELE COSMOLOGIQUE DOMINANT EXPANSIONNISTE EST POUR TRES BIENTÔT…

Affaire très intéressante à suivre…

REFERENCES

[1]

 »BX442, la grande galaxie spirale qui ne devrait pas exister

Une grande galaxie spirale observée par les télescopes Hubble et Keck rend quelque peu perplexes les astrophysiciens. Âgée de presque 11 milliards d’années, une telle galaxie ne devrait être apparue que des milliards d’années plus tard dans l’histoire du cosmos observable. Visiblement, il nous manque encore des pièces du puzzle de la formation et de l’évolution des galaxies. »

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-bx442-grande-galaxie-spirale-ne-devrait-pas-exister-40258/

[2]

 »Des astronomes découvrent la plus grande structure de l’Univers connue à ce jour  »

« Le Principe Cosmologique formulé par Einstein remis en cause »

http://www.journaldelascience.fr/espace/articles/astronomes-decouvrent-plus-grande-structure-univers-connue-2905

[3]

 »Une équipe internationale d’astronomes, dirigée par le Dr Paul Francis de l’Australian National University, a fait cette annonce lors d’une conférence de presse en janvier dernier, en soulignant que la théorie du Big Bang ne peut pas expliquer comment un anneau de galaxies si immense aurait pu se créer et avoir le temps d’atteindre une telle expansion en « seulement » 13,7 milliards d’années. L’équipe a donc avancé les hypothèses que l’univers est bien plus vieux qu’on ne le croit (…)…

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/019/19494.htm

 

 

 

 

« MATIERE NOIRE »: PARTICULES D’UNE MASSE D’ENVIRON 10 GeV? 29 octobre, 2013

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 10:20

Bonjour,

 

« MATIERE NOIRE » : PARTICULES D’UNE MASSE ~ 10 GeV ?…

I-« MATIERE NOIRE » : POSSIBILITE D’UNE DETECTION DIRECTE A ~10 GeV ?

Est-ce que l’étau est-il en train de se resserrer autour de l’énigmatique « MATIERE NOIRE » ?

Dark Matter from Hidden Forces

Authors: Hooman Davoudiasl, Ian M. Lewis

(Submitted on 25 Sep 2013 (v1), last revised 11 Oct 2013 (this version, v2))

http://arxiv.org/abs/1309.6640

Cette détection directe à ~ 10 GeV est de l’ordre de grandeur de la masse prévue par les équations du modèle cosmologique du « New Big-Bang Fractal » (« NBBF »).

La valeur calculée dans le cadre du « NBBF » est de :

4 GeV (selon les équations du « NBBF » cette masse n’est autre que la masse de l’hélium superfluide à une température de 2,18 K).

Signalons que le détecteur CDMS a détecté 3 particules, non identifiées, autour de la valeur de 10 GeV.

Cela est encouragent pour le « NBBF »…

 

 

 

II-L’EXPERIENCE COUPP 60

 »DES PARTICULES ALPHA QUI MIMENT LES EFFETS DES PARTICULES DE MATIERE NOIRE » ???…

« Coupp 60 : la matière noire fera-t-elle des bulles ? »

Voici ce que nous lisons :

« Malgré tout, il reste encore des PARTICULES ALPHA QUI MIMENT LES EFFETS DES PARTICULES DE MATIERE NOIRE NEUTRES, mais peuvent tout de même en être distinguées. »— C’est moi qui souligne.

http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/actu/d/physique-coupp-60-matiere-noire-fera-t-elle-bulles-46323/

Or selon le  »NBBF » une particule alpha qui mime  »les effets des particulesde matière noire » n’est autre qu’exactement que la masse de l’hélium superfluide…

Serions-nous en train de passer à coté de quelque chose de fondamentale dans la recherche de l’énigmatique  »matière noire » ? …

La  »MATIERE NOIRE » l’aurions-nous sous le nez dans l’expérience de Coupp 60 ainsi que dans le système de refroidissement, par de l’hélium superfluide, de l’accélérateur de particules au CERN ?…

 CONCLUSION

J’encourage tous les spécialistes à la recherche de la « MATIERE NOIRE » à ce pencher sur les nombreuses propriétés de l’hélium superfluide, à 2,18 K , qui en font un candidat à la « MATIERE SOMBRE »…

A bientôt…

 

 

LA MATIERE NOIRE POURRAIT-ETRE UN CONDENSAT DE BOSE-EINSTEIN 20 octobre, 2013

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 7:23

Mario Cosentino le 20 Octobre 2013

A TOUS LES CHERCHEURS CONCERNES PAR LA  »MATIERE SOMBRE » :

 

1- LA MATIERE NOIRE POURRAIT-ETRE UN CONDENSAT DE BOSE-EINSTEIN

CETTE PROPOSITION QUE LA MATIERE NOIRE POURRAIT-ETRE UN CONDENSAT DE BOSE-EINSTEIN A DEJA ETE ANTICIPEE PAR LE MODELE COSMOLOGIQUE DU  »NEW BIG-BANG FRACTAL » ( »NBBF ») QUANTIQUE

Si cette proposition venait à être vérifiée, par les observations, cela serait une confirmation de plus en faveur des postulats et hypothèses avancées par le modèle cosmologique que j’ai nommé le  »New Big-Bang Fractal » ( »NBBF ») quantique.

En effet cette anticipation par le  »NBBF » quantique, sur cette équipe de recherche, se trouve aux pages 184 à 192 de mon tome 2 (publié en 2001).

Voici ce que nous pouvons lire à la page 184 de ce tome:

2- « L’hélium 4 superfluide à 2,18 K : un candidat sérieux pour résoudre l’énigme tenace de la matière noire »

Voici comment se présente la couverture de mon tome 2 :

MARIO COSENTINO

Prologue de Bernard Milet, astronome à l’Observatoire de Nice

Le New Big-Bang

Synthèse des modèles cosmologiques actuels

Editions Apoline, 2001

et son ISBN : 2-84556-023-0

Vous pouvez aussi aller dans mon blog à : mario cosentino

Grâce aux équations du  »NBBF » quantique je trouve pour la matière sombre une température théorique de 2,18 K qui serait composée d »hélium superfluide (ou condensat de Bose-Einstein) . Cette température théorique est très proche de la température de transition de 2,2 K remarquée par London.

Vous pouvez constater que ces 2 températures sont extrêmement proches l’une de l’autre.

Les chercheurs Dario Bettoni et al. ont choisi dans arxiv le titre suivant :

Dark matter as a Bose–Einstein Condensate: the relativistic non-minimally coupled case

Authors: Dario Bettoni, Mattia Colombo, Stefano Liberati

(Submitted on 14 Oct 2013)

http://arxiv.org/abs/1310.3753

(Submitted on 14 Oct 2013)

Abstract: Bose–Einstein Condensates have been recently proposed as dark matter candidates.(…).

Traduction :

(Soumis le 14 octobre 2013)

Résumé: Bose – Einstein condensats ont été récemment proposées comme candidats de la matière noire.(…).

3- CE QU’EST UN CONDENSAT DE BOSE-EINSTEIN

Pour plus de détails voir :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Condensat_de_Bose-Einstein

Dans ce site nous lisons :

« Un condensat de Bose-Einstein est un état de la matière apparent au niveau macroscopique, formé de bosons identiques (typiquement des atomes se comportant comme des bosons), tel qu’un grand nombre de ces particules, à une température suffisamment basse, occupent un unique état quantique de plus basse énergie (état fondamental) permettant des propriétés spécifiques.

Ce phénomène a été prédit en 1925 par Albert Einstein qui a généralisé au cas des atomes les travaux de Satyendranath Bose sur les statistiques quantiques des photons (travaux ouvrant la voie vers les lasers). En 1938, Pyotr Kapitsa, John Allen (en) et Don Misener découvrirent le caractère superfluide de l’hélium 4, pour des températures inférieures à 2,17 K. Cette propriété a rapidement été reliée à la condensation de Bose-Einstein d’une partie des atomes d’hélium 4, qui sont des bosons, par Fritz London. Le premier condensat gazeux a été produit en 1995 par Eric Cornell et Carl Wieman, ouvrant la voie à l’étude des gaz atomiques dilués ultrafroids dans le régime quantique et leur offrant le prix Nobel de physique en 2001. »

 

4- UNE AUTRE EQUIPE DE RECHERCHE (Subir SARKAR de l’Université d’Oxford et Mads FRANDSEN) TROUVE UNE MASSE DE 5 FOIS CELLE DU PROTON)—MASSE QUI EST TRES VOISINE DE CELLE CALCULEE PAR LE  »NBBF » QUANTIQUE QUI EST CELLE DE L’HELIUM DONC 4 FOIS CELLE DU PROTON)

Pour plus d’informations voir :

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-matiere-noire-soleil-24594/

Dans ce site nous lisons :

« Remarquablement, les calculs montrent qu’avec des masses de 5 fois celle du proton, certains de ces baryons noirs seraient toujours là actuellement. C’est exactement ce qu’il faut pour rendre compte de la matière noire, qui apparaît 5 fois plus massive que la matière ordinaire lorsque l’on fait le bilan des masses présentes dans un volume de l’espace-temps à une échelle supérieure aux amas de galaxies (le reste étant de l’énergie noire qui représente plus de 70 % de ces masses). »

CONCLUSION

Devant cette nouvelle proposition de Dario Bettoni et al. j’encourage les chercheurs concernés par la matière sombre à ce pencher vers cette piste de recherche qui semble très prometteuse. Résoudre l’énigme tenace de la matière sombre est une clé fondamentale pour une meilleure compréhension de notre Univers.

 

 

1...101112131415
 
 

Actua_Econmetrics, Noureddi... |
HUBERT AMANI LE CHERCHEUR |
L'environnemnt |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dfabejay
| titimaquette
| scmathspc