nouvelle cosmologie de mario cosentino

Bienvenue sur mon blog

 
  • Accueil
  • > Non classé
  • > Encore de bonnes nouvelles du Cosmos qui confortent le « NBBF »?(Première partie)

Encore de bonnes nouvelles du Cosmos qui confortent le « NBBF »?(Première partie) 4 juillet, 2015

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 14:32

Classé dans : Non classé — mario cosentino @ 10:11 Modifier
Mario Cosentino le 04 Juillet 2015

ENCORE DE BONNES NOUVELLES DU COSMOS QUI CONFORTENT LES PREVISIONS DU « NBBF » (PREMIERE PARTIE)

Bonjour,

Les bonnes nouvelles vont plus vite que prévu et elles semblent bonnes car elles confortent de plus en plus les prévisions du modèle d’Univers du « New Big-Bang Fractal » (« NBBF ») …

Par contre ces nouvelles ne semblent pas du tout aller dans le sens des prévisions des « modèles théoriques actuels »…

—>PREMIERE BONNE NOUVELLE POUR LE « NBBF »: « UN SURPLUS D’AMAS DE GALAXIES DANS L’UNIVERS JEUNE »

Pour cette « première nouvelle » voir la référence que voici :
« Galaxies (03/07/2015)
Le télescope Subaru a commencé un gros survey – les premiers résultats semblent indiquer un SURPLUS D’AMAS DE GALAXIES dans l’univers jeune comparé aux prédictions… » —C’est moi qui souligne.

http://www.ago.ulg.ac.be/PeM/News/index_f.php#N2015070302

http://subarutelescope.org/Pressrelease/2015/07/01/index.html

Pour aller à l’essentiel en ce qui concerne l’histoire de notre Univers 2 scénarios sont étudiés :

PREMIER SCENARIO :
Avec ce scénario l’Univers commence avec une expansion LENTE. Cette faible vitesse de dilatation de l’espace entraine comme conséquence une formation plus « RAPIDE » des galaxies ou amas de galaxies ou autres objets célestes…

DEUXIEME SCENARIO :
cette fois-ci, avec ce scénario, l’Univers commence avec une expansion RAPIDE. Cette vitesse d’expansion RAPIDE entraine comme conséquence une formation plus LENTE des galaxies ou amas de galaxies ou autres objets célestes…

Or, le télescope SUBARU semble privilégié le PREMIER SCENARIO…

Mais, dirons peut-être certains, où est le véritable problème ?

Le véritable problème serait que le nombre d’amas de galaxies observé dépasserait les prévisions des modèles actuels concernant le « début de l’histoire de l’univers »…

Le PREMIER SCENARIO pose donc un énorme défi aux théories modernes sur le « début de l’histoire de l’Univers »…

En effet, comment nous faudrait-il expliquer « une telle PROFUSION d’amas de galaxies » dans des tranches d’Univers relativement jeunes?…

Pour relevé ce défi que propose le modèle cosmologique du « NBBF » ?
L’hypothèse la plus simple proposée par le « NBBF » nous dit que notre Univers n’est plus en expansion ET qu’il est bien plus âgé que 13,8 milliards d’années…

Aujourd’hui cela fait au moins 180 milliards d’années que notre Univers a STOPPE son expansion. A ce jour notre Cosmos se trouve dans une nouvelle phase où il est GLOBALEMENT STATIQUE !

Cette prévision semble plausible car de plus en plus d’observations nous montrent des galaxies lointaines qui ressemblent aux galaxies proches donc il semble que notre Univers ne serait plus en évolution…ou autrement dit ne serait plus en expansion…

N.B. : l’hypothèse que notre Univers aurait au moins 180 milliards d’années semble, à elle seule, résoudre la majorité des problèmes qui minent le modèle cosmologique standard expansionniste…

Selon le principe de raisonnement du « rasoir d’Occam » (ou « rasoir d’Ockham ») lorsqu’un modèle par une seule hypothèse SIMPLE semble résoudre un ensemble de problèmes alors cette hypothèse mérite notre considération car elle semble RAISONNABLE, VRAISEMBLABLE…

Or, le modèle du « NBBF » nous propose une telle hypothèse SIMPLE. En plus, qu’aujourd’hui, elle semble étayé, soutenue, par de plus en plus d’observations…

Passons maintenant à la DEUXIEME BONNE NOUVELLE POUR LE « NBBF »…

—>DEUXIEME BONNE NOUVELLE POUR LE « NBBF » : «DES OBSERVATIONS DE L’UNIVERS QUI SEMBLENT DEFIER, MINER LE « PRINCIPE COSMOLOGIQUE »

Il s’agit d’une structure GEANTE en forme d’anneau (voir la DEUXIEME PARTIE qui sera publiée dans mon blog…)

En voici la référence :

A giant ring-like structure at 0.78<z<0.86 displayed by GRBs
Authors: L. G. Balazs, Z. Bagoly, J. E. Hakkila, I. Horvath, J. Kobori, I. Racz, L. V.Toth
(Submitted on 2 Jul 2015)

http://arxiv.org/abs/1507.00675

Qu'est ce que le « PRINCIPE COSMOLOGIQUE » ?

Le PRINCIPE COSMOLOGIQUE est une assertion fondamentale du modèle cosmologique standard expansionniste. Ce PRINCIPE repose sur les équations de la Relativité Générale (RG) . Il consiste à dire que tous les endroits de l’Univers possèdent la même « masse volumique ρ » et qu’il n’y a pas d’observateur occupant une position privilégié.
A part certaines irrégularités locales le PRINCIPE COSMOLOGIQUE postule que l'Univers est HOMOGENE ( « masse volumique ρ » la même partout ) et ISOTROPE ( le Cosmos ayant la même apparence dans n’importe quelle direction).
Or, les récentes observations semblent DEFIER, MINER ce PRINCIPE COSMOLOGIQUE car il semble que notre Univers ne serait pas HOMOGENE, UNIFORME, mais INHOMOGENE…
Mais, diront certains, où serait le véritable problème ?
Le véritable problème serait que si notre Cosmos aurait une distribution de matière INHOMOGENE le modèle cosmologique expansionniste serait privé des « outils indispensables » que sont les équations de la RG pour une application globale à l'Univers. Ainsi, les équations de la RG restent valables dans un Univers LOCAL mais pas pour décrire les propriétés GLOBALES de notre Cosmos car il ne serait plus HOMOGENE mais INHOMOGENE…
Nous comprenons que les équations de la RG restent valables que dans un Univers qui doit être HOMOGENE et non INHOMOGENE…
Or, aujourd’hui, devant les nouvelles observations de plus en plus pertinentes qui vont à l’encontre des prévisions du modèle standard expansionniste nous sommes en droit de penser que ce modèle d'Univers semble être de plus en plus voué à l'échec. D'autant plus que la RG (qui sert de fondement au modèle expansionniste) surestime la force de GRAVITATION tout en sous-estimant d'autres propriétés de notre Univers.
Voici quelques propriétés qui ne sont pas prisent en compte par le modèle d'Univers expansionniste basé sur la RG :

1—> le fait de ne pas tenir compte que notre Univers est globalement quantique. Or, nous savons fort bien que dans notre Univers, il existe des phénomènes qui relèvent de la mécanique quantique ( malgré ce constat notons que la constante de Planck « h » ne fait pas partie des équations de la RG)…

2—> que l’espace-temps pourrait être « discontinu » ou « granulaire ». Cette propriété pourrait faire courir le risque d’avoir un espace intergalactique remplie d’une sorte de « nouvel ETHER »…
Or, dans un article récent, Claude Cohen-Tannoudji (professeur honoraire au Collège de France, colauréat du prix Nobel de Physique le 10 décembre 1997) nous parle de l’ ETHER comme étant une des  questions théoriques ou problèmes ouverts —voir la référence :

Dark matter, Mach’s ether and the QCD vacuum
Authors: Gilles Cohen-Tannoudji
(Submitted on 2 Jul 2015)

http://arxiv.org/abs/1507.00460

L' existence d’un « ETHER » intergalactique pourrait se révéler catastrophique pour l’interprétation des décalages spectraux « z » qui sont interprétés, par le modèle cosmologique standard, comme une expansion de l’Univers.

Pourquoi la présence d’un « ETHER » pourrait donc se révéler catastrophique pour ce type d'interprétation expansionniste?

Pour la simple et bonne raison qu’il pourrait faire perdre de l’énergie Δhv aux photons traversant les espaces intergalactique. C’est ce que l’on appelle la théorie de la « FATIGUE DE LA LUMIERE », théorie initiée par Albert Einstein…

Donc, la présence d’un « ETHER » pourrait rendre complètement fausse la croyance dominante qui dit que l'Univers est en expansion, voir même en expansion accélérée…

L’existence de l’ »ETHER » pourrait donc rendre notre Univers GLOBALEMENT STATIQUE conforme aux prédictions des équations du « NBBF »…

3—> le fait de ne pas tenir compte des puissants champs électromagnétiques observés sur de très grandes échelles cosmologiques…voir peut-être même à l'échelle de tout l'Univers…

PETITE CONCLUSION

Comme prévu les nouvelles observations semblent nous montrer (ENCORE UNE FOIS DE PLUS) que le modèle cosmologique standard dominant expansionniste s’approche dangereusement du Big-Bang. Ce modèle semble se trouver en très mauvaise posture car il est de plus en plus fragilisé par des observations de plus en plus pertinentes. De ce fait, le modèle d’Univers ΛCDM semble courir le risque de se faire (dans un proche avenir) « griller » les « ailes » ( comme dans l’épopée d’« Icare » qui s’est brulé les ailes en s’approchant de plus en plus du « Soleil »)…

Affaire à suivre…

A très bientôt… pour d’autres observations pertinentes…

N.B. : dans un prochain article il sera question d’une DEUXIEME PARTIE QUI A POUR TITRE :

« UN UNIVERS INHOMOGENE QUI DEPASSERAIT L’ECHELLE DE TRANSITION DE 370 Mpc (DEUXIEME PARTIE) »

ATTENTION : prochainement une information à l’échelle nationale, concernant mon tome 2, sera faite courant ce mois de Juillet 2015. Pour celui qui désire avoir cet exemplaire dans sa bibliothèque il reste quelques exemplaires à la « maison de l’Astronomie »

33-35, rue de Rivoli, 75004 Paris
Tél. : 01 42 77 99 55
Prix unitaire : 18,50 €

http://www.maison-astronomie.com/astrophysique-cosmologie/2667-le-new-big-bang.html

Je rappelle que ce tome 2 est EPUISE chez l’ Editeur et les exemplaires qui restent à disposition diminuent de plus en plus…

Le New Big Bang
Référence 13711

Nouveau
Notre Univers est-il encore en expansion ? Peut-on résoudre l’énigme de « la matière noire de l’Univers » ? Apporter une nouvelle explication au phénomène de « la fatigue de la lumière » ?
Voici quelques-unes des questions auxquelles le « new big-bang » apporte des réponses inédites.

Autre possibilité pour se procurer mon tome 2 chez l’auteur à l’adresse suivante :

mario.cosentino@hotmail.fr

« PAS DE MORT THERMIQUE POUR NOTRE UNIVERS »

 

Commenter

 
 

Actua_Econmetrics, Noureddi... |
HUBERT AMANI LE CHERCHEUR |
L'environnemnt |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dfabejay
| titimaquette
| scmathspc